03 avril 2010

Les états d'âme d'Adèle - Loin des yeux

Adèle ne sait plus où elle en est. C’est assez habituel. C’est une torturée. Une qui veut toujours plus. Une insatisfaite. Une femme d’une autre vie. Elle, tout simplement.


À sa décharge, il est vrai qu’elle a été assez secouée : son amour est aveugle. Littéralement. Cependant... il lui reste les autres sens. Une envie de découverte la tenaille soudain...


Bien sûr qu'elle doit se faire à cette idée : que jamais il ne la verra. Pourtant, elle l'aime. Cela ne change rien enfin pas vraiment... 
Elle ne l’a plus guetté derrière sa fenêtre depuis une bonne semaine. Lorsqu’elle a repris sa surveillance, elle n’a découvert que des ombres. Il a disparu. Point de lumière, point de visite. Le vide.


Elle n’a compris que quelques jours plus tard en se rendant à l’épicerie :


«— Vous avez appris ? Le petit jeune – celui qui a perdu ses yeux – vous savez ? L’aveugle ? Il est parti… son appartement est vide… Il paraît que ce sera un jeune couple. De très jeunes. Pas loin des seize ans ! Une honte, moi, je vous l'dis ! Le monde ne tourne plus rond, ma bonne dame…»

Elle a enduré le monologue de la caissière, bon gré mal gré. Sans piper mot : elle n'en avait plus la force.

Voilà. Fantasmes à oublier. N’empêche, cela ne devait pas être difficile de retrouver sa piste ? Il devait bien exister des associations dont il devait obligatoirement faire partie ? Comment connaître ce monde ?


Et tout d’un coup, une citation venue de nulle part, lui vient à l’esprit : « loin des yeux, loin du cœur ».

Et si c'était vrai ?

 

amour aveugle

16:39 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, aveugle, loin des yeux, loin du coeur | | |  Facebook | | | | Pin it! |

18 mai 2009

Les états d'âme d'Adèle : regard partagé

Regard partagé

 

 

Un arrêt dans le temps. C’était déjà ça. À première vue. Mais des arrêts ainsi, non décidemment, ce n’était pas ce qu’il y avait de meilleur. Adèle sortait de l’hôpital. Elle avait rendu visite à sa sœur. Malgré la réussite de l’opération, les nouvelles n’étaient pas très bonnes…

 

Elle se rappelait encore son regard et la couleur de ses yeux oscillant entre brun et vert. Assez indéfinissable. Avec une pépite dorée dans un des yeux. À côté de l’iris. Elle avait un regard magnifique. Sauf qu’au bout d’un moment, elle n’avait plus rien vu : les siens dans les tons de vert s’étaient noyés. Et la porte de l’ascenseur pour le bloc opératoire s’était refermée doucement…

 

Elle était triste : pourquoi fallait-il découvrir l’amour dans des instants où l’on risquait de perdre l’autre ? Pourtant, il lui semblait avoir fait de son mieux. Au meilleur moment. Et maintenant ? Ce moment précieux ? Allait-il changer quelque chose dans leur relation ?

 

Et puis, elle se dit : si même des choses difficiles devaient être vécues, elle aurait toujours en mémoire ce moment privilégié qui lui dirait que oui, entre elles, il y avait de l’amour. Cela, elle ne l’oublierait pas quand bien même des reproches, des querelles. C’était ainsi, elles ne partageaient pas la même vision de vie mais en dépit de tout, l’amour était là… Et le reste n’avait que peu d’importance. En ce moment.

 

 

16:15 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : regard, amour, yeux, hopital, partage | | |  Facebook | | | | Pin it! |