30 novembre 2014

#NaNoWriMo 2014 Exit. Ce n'est qu'un au revoir...

NaNoWriMo 2014, NaNoFr

 

Dernier jour. C’est terminé ce soir à minuit. Exit NaNoWrimo 2014 !

 

Un roman bouclé quasiment achevé. Une petite fin de rien du tout qui pourrait me prendre à peine quelques heures. Mais non, « ils » ont décidé de faire le forcing et de rester avec moi. Pas moyen qu’ils me lâchent ! C’est que je dois probablement apprendre encore des choses d’eux… En attendant que l'épilogue m’apparaisse comme inéluctable, j’ai commencé les corrections. Elles ne sont pas aussi laborieuses que je ne le pensais. Mais c’est un sacré travail ! Et dire que le roman de l’an passé traîne à moitié révisé dans un de mes tiroirs ! Du temps. Mais comme j’explique dans mon livre « L’art de réaliser ses rêves », le temps est élastique et donc, je n’ai aucune excuse !

 

C’est promis, ce sera mon prochain défi ! Entre deux nouvelles, entre deux histoires ou textes à mettre en musique. 

Me voici donc avec l’honorable score de 77.139 mots au lieu des 50.000 requis. Hozier et ma playlist Deezer m’auront tenu compagnie toute l’après-midi pour les corrections. C’est épatant de constater que des chansons parviennent à ancrer mes moments d’écriture, me transporter dans une vie que je crée selon mes humeurs, mes envies, mes besoins, mes ressentis. Je ne peux m’empêcher de replonger dans le roman si au hasard de mes courses, j’entends dans un magasin, ou dans ma voiture, une des mélodies de ma playlist Deezer. Un instant précieux conservé dans la mémoire émotionnelle. Cela nous arrive à tous : d’écouter un son et d’être précipité dans un passé lointain. Souvenirs...

J’ai passé une agréable et belle après-midi en mots, en sons, aux côtés des dernières roses sauvages du jardin pour les derniers mots du NaNoWrimo 2014. Offrande de la nature...

Ce ne seront certainement pas les derniers mots du roman ! L’aventure continue...

 

Par ce dernier post sur le NaNo, je tiens à remercier tous ceux qui ont croisé ma route pendant ce mois créatif. Pour leur présence, leurs statuts tant dans les groupes que sur Facebook ou twitter et qui m’ont fait sourire, éclater de rire devant l’écran, qui m’ont encouragée ou réconfortée de savoir que oui, les personnages sont de vraies personnes, que oui, nous les auteurs, nous sommes parfois des incompris, des êtres un peu loufoques qui confondent de temps en temps la réalité de nos écrits avec notre vie. Que c’est un besoin viscéral l’écriture et non pas un « simple » hobby. Jamais. Retirer notre créativité, c’est nous laisser mourir. Alors, on rêve, on écrit, on imagine et on vit encore et encore avec cette nécessité de croire que le meilleur existe. Partout. Même si certains se refusent à le vivre. Tout est perception dans le fond...

 

À tous, merci. Je vous souhaite une merveilleuse soirée.

Playlist : http://www.deezer.com/playlist/1027013401

 

18:28 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

20 novembre 2014

#NaNoWrimo – De l’art de quitter ses personnages

 

clavier d'écrivain

Mon clavier et ses lettres effacées...

 

 

Le compteur de mots n’a guère tourné ces derniers jours. Mais j’avoue disposer de belles circonstances atténuantes et ma foi, les excuses sont là pour s’en servir…

 

Aussi, je me rends compte qu’il m'est difficile d’écrire la fin de mon roman. Beaucoup plus aisé, pour moi, d’écrire une nouvelle, car la chute en est l’essence même. Sans compter que par définition, une nouvelle se doit d’être « courte ». Et par conséquent, je passe moins de temps avec mes personnages principaux. Le lien n’en reste pas moins gravé profondément et il en résulte souvent une certaine « dépendance psychique » éphémère.

 

Si à l’heure actuelle, j’ai en tête quelques bribes d’idées en filigrane d’une pseudo-fin, je pense réellement que je ne suis pas prête à rompre les liens qui se sont créés avec mes personnages déjà depuis quelques semaines, car si le NaNoWriMo n’autorise pas le dépôt d’un moindre mot à la date fatidique au moins accepte-t-il une préparation de l’histoire et de ses protagonistes…

Oui, il m’est difficile de terminer cette histoire et par conséquent, les abandonner même si certains sont antipathiques ou aux antipodes de ma façon de penser. Les quitter équivaut presque à une blessure à l’âme : rompre avec mes extensions émotionnelles le temps de tracer les derniers mots. C’est probablement pour cette raison que je ressens une sorte de « vague à l’âme ».

 

« Vague à l’âme »… J’ai toujours aimé cette expression. J’imagine une âme caressée par des moments d’incertitudes ou des pensées vagabondes, créatrice ultime d’un monde onirique en devenir…

 

Il m’arrive pourtant, parfois, d’enfouir ce que j’ai écrit et si pour une raison ou l’autre, je relis le texte, revient comme un boomerang ce coup au cœur qui ravive l’émotion ressentie en cours d’écriture. C’est la fiction qui prend possession de la réalité et éclate dans une bulle d’inventivité, rendant littéralement vie aux êtres habillés d’encre et de mots. Définitivement, existants dans mon esprit, et dans le vôtre en tant que lecteur !

 

18:45 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

13 novembre 2014

Jour 13 – #Nanowrimo – La débandade des personnages rebelles

Jour13, NaNoWrimo, NaNoFR

 

68.247 mots. J’arrive au bout de l’histoire. Sauf que je n’en connais pas encore la fin et je suis curieuse de la découvrir ! Je vais laisser mon clavier refroidir, car il chauffe depuis ce matin, très tôt. Il me reste plus que la seconde partie. Le fond même de l'histoire. Ce qui s'y cache. En deuxième lecture.

 

Ces derniers jours m'ont permis de découvrir quelques dérives de la part de certains personnages : un nouveau acteur de la troisième partie a déclaré forfait et a exigé de reprendre la peau d’un personnage de la première partie sauf… que celui-ci était mort !

Et comme mon roman n’est pas une fantasy, cela n’a pas été facile de trouver une parade ! Merci ! On ne peut pas dire que nos personnages nous aident, ils ne nous rendent pas la vie facile mais à vrai dire, l'auteur non plus. 1 - 1 !

 

Par contre, j’ai découvert l’humour de certains lorsqu’ils parlent entre eux et ils n’y vont pas par le dos de la cuillère ! Madame de Vilayn est devenue « Miss Faux Petit De qui pète plus haut que son cul ». Une incartade. Rien à faire, je n’ai pas pu m’y opposer. Ce n’est pas de tout repos ! Incorrigibles !

 

Certaines phrases sont cadeaux. Je ne sais d’où elles viennent ou comment les personnages en arrivent à exprimer ainsi leurs ressentis..

Parfois, aussi, elles m’émeuvent :

« Une vérité venait de griffer le miroir de son âme. »,

 

ou me font rire :

« Pas assez d’argent pour s’acheter une prothèse. C’était un “sans dents” comme disait le Président. Il avait beau dire lui, il pouvait s’en payer des dents ! Et même en or ! À quoi cela servait si c’était pour ramasser de la boue plein la gueule ?"

 

ou encore, elles mettent en jeu toute l’ambivalence des relations humaines : 

« Laurent, le jeune facteur, n’avait qu’une envie : terminer et rentrer potasser ses cours. Il avait de l’ambition ! Oh ! Il était poli. Gentil. Serviable. Mais il était avare de temps. Faut dire qu’il l’utilisait autrement que dans les relations humaines. Il les utilisait à étudier “la psychologie”. C’était mieux. À ce qu’il se disait. ».

 

Et de ces personnages que l’on veut aider, mais qui restent sur leur positon :

« Car il sentait que c’était une “gentille” et les gentils, ils peuvent faire du ravage autour d’eux. Ils peuvent même mettre de l’espoir dans le cœur de ceux qui n’ont plus rien. Et lui, il ne voulait pas revivre. Juste rester une ombre. Mais les ombres, c’est bien connu, risquent d’accrocher des poussières d’amour. Il devait rester vigilant ».

 

Et même des mots-valises, en voici un :

« Elle n’était que leur vide-rancœur ».

 

Après avoir posté ce texte, je referme l'ordinateur pour me préparer à une cérémonie qui me tient à cœur : la réussite de ma grande Chérie, diplômée à l’UCL ce soir (baccalauréat). Plus que deux ans en master.

Un avant-goût de cadeau d’anniversaire puisqu’elle aura vingt et un ans, ce mardi. Ensuite, le tour de son frère et du mien. Le mois de novembre, c’est NaNoWriMo, mais c’est aussi et avant tout le mois des anniversaires et de la fête en famille ! Mais, ne peut-on faire de chaque jour une fête par de petits riens et de grandes choses ?

 

Je vous souhaite une excellente soirée,

À bientôt,

 

 

15:42 Écrit par Rachel Colas dans Mes photos, sources d'inspiration, NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

08 novembre 2014

Jour 8 – NaNoWriMo – Défi gagné 50K

50K, NaNoWriMo, NaNoFr

 

Heureuse ! Défi réussi, ce jour avec 50.264 mots !

 

Vraiment heureuse et fière même si je me doutais du résultat. Un peu plus rapide que l’an passé où j’avais terminé douze jours après. Mais l’an passé, je travaillais. Ici mes jours de congé m’ont bien été utiles !

 

Quelle idée de se mettre une pression pareille ! C’est difficile à expliquer : viscéral. C’est un défi contre soi-même, avec son imagination et parmi d’autres qui vivent les mêmes symptômes. Une communauté d’individus qui ont un point commun : l’écriture. Et qui pendant un mois, n’arriveront pas à penser à autre chose que le NaNo et à voler des instants pour poser un mot, une phrase, une idée. Une étrange communauté pas toujours comprise par les proches !

 

Pour vous en donner une idée :

nanowrimo 2014, nanofr

NaNoWrimo2014

Liste non exhaustive ! ;-)

 

Et maintenant, mon deuxième défi sera de terminer le roman avant la fin novembre. J’en suis à la moitié environ donc encore du bonheur !

 

Et aujourd’hui, je me mets en mode "relâche" et je me ressource !

Portez-vous bien !

 

 

 

 

16:31 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

07 novembre 2014

Jour 7 - #NaNoWrimo - Gratitude

 

 

 

gratitude, existence,

 

 

7e jour. Point de repos ce jour : nous ne sommes pas dimanche, n’est-ce pas !

Presque mille mots. Autant dire que presque rien ! Mais au moins suis-je dans la troisième partie et la journée n’est pas terminée !

Je pense que ce volet sera plus court que les autres, car il est en réalité un moment charnière dans l’histoire. Cette partie a pour but de découvrir l’histoire sous un autre angle et d’y découvrir l’impensable. Ne jamais se fier aux apparences !

Il est étrange de constater qu’entre le monde que j’invente et la réalité, il se retrouve, malgré tout, des similitudes : comiquement, cela correspond à un tournant dans ma propre vie comme pour mes personnages et ce drôle de chapitre dans le roman.

Encore, tantôt, je me faisais la réflexion qu’il fallait vraiment être à l’écoute de soi et de ce qui nous entoure pour découvrir les signes qui nous sont personnellement adressés. Encore faut-il les décoder et le voir. Puis, accepter d’agir en conséquence.

Me voici donc en cette fin d’après-midi avec moins de mots et emplie de gratitude... de gratitude pour la vie...

Toujours garder confiance,

À demain,

 

 

 

 

 

 

 

 

16:18 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

06 novembre 2014

Jour 6 – NaNowrimo – 40K de mots, un clavier en feu et des neurones grillés

#NaNoWriMo, #NaNoFr

 

Près de 5.000 mots aujourd’hui et une seconde partie quasiment terminée. Ouf ! Autant la première était limpide, autant la seconde me donne du fil à retordre ! Conséquence ? Deux personnages « out » (dont le connard sexyste bien fait pour lui !). Si l’hécatombe continue, il ne restera bientôt plus que l’auteure ! J’estime encore environs deux milles mots pour arriver enfin à la troisième partie pour laquelle je n’ai qu’une vague idée. Ça promet !

 

Aujourd’hui, point de macarons, de cupcakes ou cheescakes…

des mots oui,

des kilos en trop : non !

 

"Plus que" 10.000 mots. 1/5 du défi. Soit, selon mes prévisions plusieurs jours d’écriture à mon aise : cela doit rester du plaisir et non pas une « obligation » de réussir rapidement un score. Et je ne compte pas arrêter au nombre de mots requis mais à la fin de l’histoire. Rien à gagner à part sa satisfaction personnelle et c’est déjà beaucoup !

 

À partir de maintenant, repos. Les neurones ont besoin d’être rechargés !

 

À demain,

 

17:35 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

05 novembre 2014

Jour 5 – Shopping, procrastination et cupcakes

cupcake, gourmandise, nanowrimo

 

Me voici dans ma deuxième partie et avec 35.315 mots. J’aurais pu faire mieux mais non, aujourd’hui, c’était journée shopping et découverte du CupInn à Namur. Belle découverte par un cheescake au beurre salé (fait maison s'il vous plaît !) : une pure tuerie ! Impossible de résister !

 

Suis revenue à la maison, sourire aux lèvres, pleine d’énergie, avec des cupcakes au caramel beurre salé – mon péché mignon -  (heu… enfin… un de mes péchés mignons !) à déguster en dessert ce soir. Ma condition ultime avec moi-même : arriver à mon quota de mots. (ou comment se motiver !?).

Naturellement, je n’allais pas louper ce challenge avec une telle récompense et puis, d’ailleurs, c’est moi qui établis les règles, donc, j’avoue que je n’ai pas mis la barre trop haute ! Nan Nan, ce n’est pas de la triche ! Ou si peu… Et puis, rien à faire, le caramel beurre salé, moi, je ne peux pas résister. Impossible. C’est comme les macarons. Et les tartelettes au citron ! Et si en plus, elles sont meringuées, alors c’est le paradis de la gourmandise !

 

Ainsi, si vous passez par Namur, faites-y un petit détour et emporter avec vous un peu de douceur avec vous !

 

Bonne soirée et à demain,

 

gourmandise, nanowrimo, pari reussi

 

 

 

 

 

 

18:06 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

04 novembre 2014

Jour 4 – NaNoWrimo 2014 - Partie 1. End. Ambiance ? Hot

 

 

hot, nanowrimo, nanofr

 

Mon objectif du jour était de dépasser les 30.000. Réussi. Naturellement !

 

Hier, j’ai fait la connaissance, toujours dans la première partie, d’un connard sexiste personnage odieux. Même qu’il m’a fait écrire une scène terriblement hot avec des élucubrations machistes. Je ne m’autorise pas à vous livrer l’extrait pour respecter les quelques oreilles chastes qui viendraient sur ce blog. Quoique… l’aspirateur… Bref, un morceau de texte assez chaud. Et… qu’est-ce que je me suis amusée ! Oui, vraiment, on rencontre de drôle de personnes au coin d’une page Word… et comme chantait Diane Tell : «Haaa si j’étais un homme »…

 

Enfin terminé la première partie. Je vais pouvoir m’aventurer dans la seconde. Si elle atteint également les 30.000 caractères, bonjour les corrections en décembre ! Mais chaque chose en son temps. Me voici donc à 20.000 mots de la victoire. Mais plus que le nombre de mots, c’est terminer mon histoire qui me tient à cœur et je ne m’attendais pas à autant de mots dans cette première partie… Et dire au départ, je pensais ne pouvoir qu’en écrire tout au plus quelques nouvelles et qu’il me manquerait très probablement des mots !

Même que j’avais prévu quelques titres et une autre histoire. Au cas où… J’espère que l’hiver sera long au coin du feu… Quoique l’envie d’écrire ne dépend pas d’une saison. Heureusement…

 

Je pense que pour aujourd’hui, c’est bon. Juste peut-être une relecture du premier jet et remettre les traits de caractère ou faits importants à jour puisque tous les personnages se retrouvent dans la partie deux…

 

À voir.

À demain, portez-vous bien,

 

 

 

 

 

20:47 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

03 novembre 2014

Troisième jour du Nano : la guerre des personnages

 

NaNoWriMo 2014, NaNoFr, écrire, personnage

 

 

J’ai terminé cette nuit à 2h20 du matin avec 17054 mots. Pas moyen d’aller dormir : trop d’idées en tête et puis c’est le but, non ?

 

J’en ai donc fini du deuxième chapitre de la première partie. Réellement satisfaite de ce personnage. J’avoue même une certaine préférence, mais chut ! Pas question de créer de la jalousie entre eux sinon ils vont se rebeller et Dieu sait ce qu’il risque encore d’arriver !

 

Finalement, ce personnage – Ludovic – est probablement celui qui a écrit le texte « Dis-moi pourquoi ». J’explique : en réalité, ma main l’a rédigé d’un trait en une espèce d’écriture (semi) automatique, pour « tromper » l’impatience de débuter le projet NaNo. Certains personnages commençaient déjà à vivre dans mon imagination. Une ébauche, un prénom, quelques actes, des intrigues, mais relativement peu. La créativité ferait le reste. Et hier soir, Ludovic a rebondi sur le contenu de ce texte pour m’en sortir un jumeau dont je ne sais où… À croire que les personnages en savent plus que l’écrivain qui somme toute ne fait "que" raconter leur histoire… Inspirant à vrai dire et diantrement excitant !

 

J’en ai fini pour un moment avec lui, puisque c’est au tour de mon tout nouveau personnage « Albertine ». J’avoue avoir une prédilection pour écrire « à la place » d’un homme ou tout du moins « comme si » j’en étais un : en raison probablement de la transition flagrante entre mon personnage et moi-même et donc qu’il est d’autant plus facile d’en ressentir les émotions. À moins que je n’aie été, un jour, dans une vie passée, un homme ? Qui sait ? Et ma foi, pourquoi pas ?

 

Dans ce chapitre, une certaine Myriam s’est imposée, annulant de façon surprenante la vie d’une certaine Valérie, même pas née ! C’est dire ! D’ailleurs, cette Myriam, à une telle prestance qu’elle en a volé la vedette à Albertine. Du coup, situation renversée et renversante. C’est la guerre des personnages, à qui deviendra le principal, à qui se fera entendre !

 

Le NaNo, c’est aussi, fatalement des écrivains en herbe ou confirmés ! Avec leurs états d’âme… Passant sans cesse de l’excitation au stress, à l’amusement ou la procrastination ! Un arc-en-ciel d’émotions. Il faut dire que pour notre entourage, on est parfois en mode extra-terrestre et ce n’est pas que mon ressenti ! Quelle grande communauté, ces NaNoteurs !

 

Après une pause bien méritée et un score à 21.601 mots en ce moment (voir le widget Word Count NaNo régulièrement adapté), je clôture ce chapitre et me tâte pour découvrir avec quel personnage, je vais passer mon après-midi…

 

À demain,

15:16 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

02 novembre 2014

Deuxième jour du NaNoWriMo : Happy !

 

NaNoWrimo 2014, NoNoFR, ecrire

 

 

 

12.023 mots à mon aise, sans stress. Dans l’amusement et l’excitation. J’en suis à un cinquième du défi. Tout va bon train. Pourvu que ça dure ! Mon premier personnage principal du premier chapitre de la partie I (six parties prévues) m’a assurément amusée et surprise. Je ne m’attendais pas à un tel caractère ambigu ! Attendrissement mélangé de pitié. Faudra pas que je le fasse trop souffrir ! Il a déjà bien du mal avec sa vie qui, dans le fond, n’est pas si mauvaise que ça… si seulement, il pouvait s’en rendre compte ! Mais c’est une autre histoire…

 

J’ai commencé le deuxième chapitre, à nouveau, comme personnage principal, un homme. Si je connais en grande ligne ses actes et décisions, je suis curieuse de découvrir son vrai caractère. Il se prépare à commettre l’irréparable, arriverais-je à le sauver malgré lui ? Pas sûre… Et puis, j’hésite encore : connaîtra-t-il ou non le personnage du premier chapitre ? Ils ont déjà avant tout un point commun… À voir. Ne pas trop compliquer les choses, ce n’est déjà pas évident de construire la trame en deuxième « sous lecture ».

 

Les mots défilent au fil des morceaux de ma playlist NaNo2014 sur Deezer. Elle est parfaite. Idéale. Un fond de musique pour écrire, se détendre, et parcourir différentes émotions sans être gênée par le sens même de la chanson.

La voici, si vous souhaitez découvrir un autre horizon. Elle va me stimuler, me driller pendant tout le Nano. En boucle. Aléatoirement. Pour une bulle NaNoWrimeuse, tout confort !

 

À bientôt,

 

 

 

 

18:46 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

01 novembre 2014

Debriefing de la première nuit NaNoWriMo

 

#NaNowrimo, #NaNoFr

 

Premier débriefing de cette nuit. Terminé à 2 h du matin avec 3.546 mots et un nouveau personnage : une femme, Suzanne. Belle. Aimée follement de Lambert. Ce pauvre Lambert... Il va lui en arriver des choses ! N’empêche que sur 3500 mots, il m’a amusée et attendrie ! J’ai hâte qu’il passe à l’action !

Deuxième victoire : avoir résisté aux macarons dans le frigo. Surtout ceux à la pistache. Et au citron. Et à la framboise. Et au chocolat… Faut en laisser un petit peu pour aujourd’hui (ou comment se motiver ;-) )

 

Je viens de parcourir la sphère Twitter : il faut bon vivre sur la planète Nano, en voici quelques exemples et pour ma part, c'était sagement devant mon pc, et sur les "chats" Belgique et France, pour les Words War…

 

Bon congé, ce jour à tous. Profitez-en bien, paraît qu’il va faire bon… Même que j'irai faire un tour. Pendant le Nano, il faut aussi s'oxygéner les neurones !

 

 

 

#NaNoFr, #NaNoWrimo, ecriture

Photo Locaux des éditions Bragelonne - NaNoWriMo FR.

 

 

 

10:22 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

31 octobre 2014

Nuit blanche - NaNoWriMo 2014

NaNoWriMo, NaNoFr

 

 

À minuit pile, le monde de NaNoWrimo 2014 s’ouvre sur l’imagination de ses adeptes, pour un monde inconnu où personnages et fictions s’amuseront de notre vie et l’agrémenteront d’énigmes et d’aventures extraordinaires.

 

Bonne chance aux NaNoWriteurs !

 

Pour moi, cette nuit sera blanche. Les minutes s’égrèneront au son du clavier en rythme avec le tic tac de l’horloge…

 

Pour ceux que cela intéresse, rendez-vous, entre autres, sur la page FB de l’art de réaliser ses rêves ICI ou sur twiter.

 

22:49 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

29 octobre 2014

Dis-moi pourquoi ?

 

Trop difficile d’attendre vendredi minuit, le départ officiel de NaNoWriMo. Les idées fusent de toute part, l’imagination déborde et les doigts n’en peuvent plus d’attendre le toucher du clavier…

 

Petit texte placébo, d’un jet, que je vous propose rédigé sous l’influence de l’album « Fumes » de Lily & Madeleine.

 

NaNoWriMo, NaNoFr, jumeaux

Dis-moi pourquoi ?

 

Je suis complètement paumé. Et pourtant tellement décidé. C’est la fin, je ne peux l’éviter…

Ne plus affronter mon reflet dans ce miroir de ce matin gris. Trop d’eau dans mon regard alourdi.

Il faut avouer qu’il vaut mieux ne pas m’y contempler. Mon destin n’est-il pas d’être transparent ? Je ne suis pas. Je suis tout simplement invisible. Invisible. Mon deuxième prénom.

 

Dis-moi pourquoi ? Pourquoi, aujourd’hui je ne suis rien ? Je suis là, à vivre dans ton ombre.

 

C’est toi qui as tout reçu. Normal, t’es l’aîné. À quelques minutes. Seulement. Moi, je suis condamné à être en retard. Éternellement.

Pour une poignée de minutes. Pour une enfilade de secondes. Ah ! si seulement j’avais été le plus rapide !

 

Dis-moi pourquoi ? Pourquoi, aujourd’hui je ne suis rien ? Je suis là, à vivre dans ton ombre.

 

Tu as toujours été Toi.

Le préféré.

Le chouchou.

Le brillant.

Le meilleur.

En tout.

Comme toujours. Depuis ton premier cri. La première victoire.

Le mien est arrivé en second, étouffé, par le tien virulent. Je l’ai tellement entendue cette histoire !

 

Dis-moi pourquoi ? Pourquoi, aujourd’hui je ne suis rien ? Je suis là, à vivre dans ton ombre.

 

Meilleures notes, meilleurs copains, meilleur en sport, au théâtre, et même avec les filles.

Tu les as toutes eues. Celles que je voulais et les autres encore.

 

C’est toi qui as tout pris.

Mes amis, mes succès, et même nos géniteurs.

Tu as tout eu. Même la part qui me revenait.

À croire qu’elle n’avait jamais existé puisque je vivais en ton ombre.

 

Dis-moi pourquoi ? Pourquoi aujourd’hui je ne suis rien ? Je suis là, à vivre dans ton ombre.

 

À ne me retrouver dans rien. Pas même en toi. Pas même en toi…

Pendant que tu te perds dans ses bras, susurrant des mots d’amour qui me revenaient de droit.

 

C’est toi qu’elle aime et je n’y peux rien.

C’est toi, le père de ses enfants

C’est toi, hélas, pas moi.

Jamais moi.

 

J’aurais tellement voulu être toi. Parfait.


Dis-moi pourquoi ? Pourquoi aujourd’hui je ne suis rien ? Je suis là, à vivre dans ton ombre.

 

Et aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus être moi. Le « Moi » qui vit à travers toi. C’est la fin. La fin d’un rien qui disparaît définitivement. La fin d’un invisible.

D’un coup sec sur ce miroir embué, je te vois. Le même. Et pourtant si différent… En apparence. Le rouge et le noir. Pour que tu aies une vie en rose. Mélange de toi et moi. Toi avec elle, c’est un peu moi en toi… Ce n’est donc pas vain.

Alors aujourd’hui, je suis là. Sans toi. Un rien, qui part de rien. Un rien qui te quitte. Un rien qui enfin, existe, une parcelle de toi qui s’en va.


Un jour. Un jour, je te dirai pourquoi je n’étais rien avec toi
.


Mais voilà, aujourd’hui, j’ai décidé d’être moi en partant avec une partie de toi, une partie de moi. Pour être un tout.


Je t’aime, mon frère.

Je pars, et je t’aime.

 

 

18:02 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

26 octobre 2014

Compte à rebours - #NaNoWriMo 2014

 

#nanowrimo, nano

 

Le compte à rebours est enclenché ! À l’heure actuelle, il défile imperturbablement alors qu’il me tarde d’être au 31 octobre minuit. Eh oui, NaNoWriMo* 2014 profile plus que le bout de son nez ! Des milliers de personnes du monde entier (400.000 participants en 2013) seront devant leur clavier ou en main stylo à bille pour déposer frénétiquement les premiers mots d’un roman, de nouvelles, d’une thèse ou mémoire, qu’importe, d’au moins 50.000 mots (équivalent à plus ou moins 175 pages version format de poche) rédigés exclusivement durant le mois de novembre ! Ni avant ni après.

 

Le but ? Outre la satisfaction personnelle d’écrire le nombre de mots requis, l’objectif principal est de délier l’imagination et de l’enrober de mots. Ce n’est pas la qualité qui prime, mais la quantité. Une occasion pour certains de donner vie à une histoire longuement pensée sans y avoir jamais eu le cran de la coucher sur papier… Et si l’on relève le défi d’y ajouter la qualité, c’est en sortir doublement gagnant !

 

Pour ma part, ce sera ma deuxième participation. L’an passé, le pari a été gagné avec un roman terminé en une quinzaine de jours avec quasiment 63.000 mots. Pas encore entièrement corrigé à ce jour… Il repose sur mon bureau attendant l’appel des protagonistes. Pour l’instant, ils me fichent la paix m’ayant fait tourner bourrique pendant des jours et en particulier, un personnage changeant sans cesse de prénom jusqu’à ce que celui-ci lui convienne ! C’est incroyable d’inventer un monde qui prenne autant possession de votre vie au point d'y découvrir des exigences, des ressentis d’un autre soi et vous y emmener bien plus loin que ce vous n'aviez prévu ! Étrange et palpitant…

 

Cette année, je me la joue « rebelle », c’est-à-dire à la manière de ceux qui décident d’écrire autre chose qu’un roman. Quelques idées en tête se font, de jour en jour, plus précises, avec une certaine urgence - que je tempère bien que mal - d’être déposée en vrac sur le papier… Vivement l’heure fatidique ! Curieusement, je découvre au fil des jours qu’elles ont un lien tellement fort qu’elles en formeraient une histoire en cinq parties… La magie de l’imagination.  

 

Ainsi suis-je "condamnée" pendant encore au moins une semaine à concocter des plans, peaufiner mes personnages, leur donner des noms, inventer certaines scènes… je sollicite FreeMind, explore Scrivener, programme mes sauvegardes ! Je gribouille dans mes carnets, fais des tableaux, ajoute des couleurs, des annotations, tout pour retarder l’acte ultime de la délivrance : écrire ! Point final. La préparation est autorisée. Écrire le moindre mot avant le top départ est strictement interdit ! Y déroger, c’est se mentir à soi-même !

 

J’ai également en réserve trois titres de nouvelles dont je n’ai aucune idée du contenu. Pas la moindre idée et c’est tant mieux, car ce sera ma partie en mode « Pantser » puisque pour le reste, je suis « Planer ». Trois titres de rien du tout. Trois titres, pour trois histoires qui seront rédigées en écriture semi-automatique. Le NaNoWriMo, c’est aussi se faire confiance !

J’ai hâte de participer aux « Word Wars». Ces « guerres de mots » emmènent souvent dans des directions insoupçonnées ! Y naissent des phrases qui sont anecdotiquement reprises comme « perles » du NaNoWriMo. On n’y échappe pas !

 

Pour pimenter ce défi, j’ai décidé d’incorporer dans mon texte certaines réflexions notées au gré de mes fantaisies. Pourquoi pas ? L’amusement est, à vrai dire, mon réel objectif. Mon mois d’anniversaire en écriture ! Cadeau ! Ne se soucier (presque) que de la vie des personnages dont on a le destin en mains, c’est… étrangement jouissif.

 

Je n’imagine pas pour l’instant voir ces irréalités fantastiques un jour publiées. Pas à ce stade. Du moins, ce n’est pas la raison de ce défi. Il est parfois des fictions que l’on désire garder pour soi. Comme un trésor. Par pudeur. Ou tout simplement parce qu’une part de nous se distille lentement dans certaines phrases, un fragment de notre âme qui se faufile entre les lignes... Les partager ou non n’est pas à l’ordre du jour. Chaque chose en son temps. Reste uniquement, à brut, ce besoin vital d’écrire.

 

Sachez aussi, pour ceux qui désirent nous rejoindre qu’il n’est pas trop tard ! Rendez-vous : ici (site officiel).

 

 

 

 

* National Novel Writing Mouth - http://goo.gl/bgk2FT

 

 

16:18 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |