30 novembre 2013

#Nanowrimo : défi réussi !

 

Une belle aventure se termine aujourd’hui. Dire qu’il y a un mois, j’étais dans tous mes états : impatience, peur, et excitation pour commencer ce fameux Nanowrimo dont je n’avais jamais entendu parler. Une semaine auparavant, Anaïs Valente me propose le défi. Pas vraiment emballée : écrire 50.000 mots en un mois me paraissait utopique ! Et puis, qu’écrire qui tienne un roman ? J’avais bien quelques idées de nouvelles mais de là, à les étirer en cinquante mille mots, il y avait une marge !

 

Finalement, le plus difficile a été les doutes : cette histoire sera-t-elle intéressante ? Qu’a-t-elle de particulier ? Que raconter ? Et la première difficulté : rédiger un plan, puis trouver les personnages secondaires, rédiger le fil des scènes… les liens secrets entre les personnages, les non-dits, ce que le lecteur va découvrir et qui est écrit et les autres choses secrètes, qui effleurent à peine les phrases, tout en douceur, tout en mystère…

 

Une semaine d’angoisses diverses pour préparer un semblant de scénario et puis enfin, à minuit, le premier novembre, la délivrance : l’autorisation officielle de lâcher les mots retenus les jours auparavant, débrider son clavier et découvrir le début d’une histoire.

 

Les personnages prennent vie et ont parfois de drôles de revendications, c’est bon signe !  D’autres personnages voient le jour : on se demande d’où ils viennent et on se rend compte que finalement, ils existent ces personnages, ils ont une histoire, et se trouvent quelque part, dans mon imagination, peut-être dans une autre dimension. Pourquoi pas ? Ils vivent, aiment, souffrent et moi, je continue ma vie en parallèle, leur insufflant un semblant de vie en « Times New roman »….

 

Le but est atteint avec 66882 mots et un roman quasi terminé. Je n’en connais pas encore la fin même si quelques images me viennent… elles restent dans le flou, probablement pour m’en donner la surprise. Je suis tentée d’écrire vite le dernier chapitre mais la séparation serait trop douloureuse : je les aime, ces personnages même pour leurs côtés sombres ou surtout pour leurs côtés sombres qui les rendent tellement humain !…

 

Pourtant, il est temps de bientôt leur dire au revoir car une autre idée vient de m’être donnée ce matin, au fil de mes pensées matinales… J’ai noté l’idée afin qu’elle murisse, le temps de libérer mes personnages et les permettre de poursuivre leur vie à leur guise. Bientôt, ils n’auront plus besoin de moi pour vivre. Ils auront besoin de lecteurs… De vous !

10:19 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

02 novembre 2013

"Non mais allo quoi, t’es écrivain et tes personnages font la loi !"

écrivain, NaNoWriMo, auteure

 

 

Mince. Cela fait trois fois. Que je change. Figurez-vous qu’un des personnages principaux ne supporte pas son prénom ! Cela a été Daniella, puis Esther (j’adore ce prénom) et maintenant Sylvie. Et quoi ? Elle veut encore changer en Agathe ! Non quoi ! C’est qui, qui écrit ? Et d’ailleurs, si elle n’obéit pas, elle risque de passer à la trappe ! J’vous jure !

 

À part ça, grâce aux WW (Word Wars – la guerre des mots), j’en suis à plus de 10.000 mots (voir le Widget en haut à gauche). Ce NaNoWriMo est un truc de malade mais vous savez quoi ? J’adore !

 

Ma table de salle à manger complètement squattée ! De l’ordre dans le désordre. Cela fourmille d’idées !

22:31 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

27 octobre 2013

Voulez-vous nanowrimoter avec moi ?

 

 

NaNoWriMo Rachel Colas

 

Une première dans mon existence. Mais n’en avons-nous pas tout au long de notre vie ? N’est-ce pas ce qui donne le piquant de notre quotidien ?

 

Il y a une semaine, j’ai décidé, grâce à l’information donnée par mon amie Anaïs Valente, ma co-auteure namuroise pour « Histoires à mourir de vivre » (en deux volumes, svp !), de participer au NaNoWriMo 2013.

 

En un très très court résumé, il s’agit d’un marathon d’écriture international soit écrire un roman de 50.000 mots en un laps de temps défini : un mois. C’est beaucoup. « 50.000 caractères » en quinze jours est faisable même une semaine… Pour ce défi, certains s’absentent des réseaux sociaux et se mettent en totale autarcie. En congé, pour d’autres. L’objectif : écrire, écrire, écrire !

 

1er novembre, départ. En toute honnêteté, la date doit être respectée. Rien ne doit être écrit auparavant. Tout au plus, est-on autorisé à préparer le roman : faire le plan de l’histoire, les personnages, les lieux… Ainsi, il n’y aura plus « qu’à écrire ». Simplement aligner un mot après l’autre sans interruption ou si peu…

 

Je trouve l’idée sympa. Cela permet aussi de rencontrer des personnes de différents horizons qui ont la passion de l’écriture et qui plus est, la fiction. J’aime ce défi : booster l’imagination, c’est mon truc !

 

Ce que j’apprécie le moins, c’est que cela privilégie la quantité et non pas la qualité. Cependant, sincèrement, je ne pense pas viser les 50.000 mots à tout prix. Faire partie de l’aventure est déjà un évènement en soi. Et mettre sur pied un roman, un challenge vivifiant. Que demander de plus ? Écrire du blabla pour étaler les caractères les uns après les autres, non.

 

Il faut dire qu’il y a une semaine, je n’avais aucune idée ; tout au plus, une vague histoire que je dédiais à l’écriture d’une nouvelle. Ceci dit sans vouloir discréditer l’art de la nouvelle, qui est réputée aussi difficile, voir supérieure à l’écriture d’un roman. L’art de la chute au bon moment en quelques mots. Dire les choses essentielles qui chamboulent le lecteur à l’ultime phrase. Le renversement de situation en quelques mots. J'adore !

 

De cette vague histoire, j’en ai tout au plus une phrase qui résume le sujet du roman. Je vous la livre « Une femme jalouse engage une étrange voyante pour arriver à ses fins, quitte à bouleverser le destin de cinq femmes dont sa rivale. ».

 

Quelques idées tout au plus. Et puis, arrivent les personnages… L’héroïne, la belle et jalouse Clara, en compagnie de sa fille, l’adolescente Zoé, qui verra sa vie bouleverser face à d’étranges révélations, la romantique Myriam, en plein divorce qui aimera sans se douter du danger qui rôde non loin d’elle, la truculente et extravertie Edwige, la bimbo Gladys et surtout, Le ténébreux David et Zabel, la femme par qui tout va arriver, qui sait sans savoir et va découvrir qu’on ne prédit pas sans risque…

 

C’est l’incroyable qui flirte entre la réalité, le destin et le mensonge.

 

Aucun d’eux ne sortira indemne de cette aventure, c’est certain.

 

Est-ce écrit ? Est-ce leur choix ? Subissent-ils ?  Les prédictions influencent-ils l’avenir ?

 

En cet instant précis, je ne le sais pas encore. C’est désormais entre leurs mains…

 

Ils m’y mettront le clavier pour écrire leurs aventures, ce 1er novembre à 0h01… Je dois vous avouer que le clavier me démange !

 

 

 

 

 

 

21:07 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |