21 août 2014

Pour Elle - Texte éphémère

 

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

Pour elle, amour entre femmes

18:00 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

18 août 2014

Promesse tenue - Texte éphémère

 

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

 

Promesse, jumeau, amour, adoration, nouvelle

17:43 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

12 août 2014

La machine à rêves - Texte éphémère

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

machine à rêves, écriture, texte,

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

10 août 2014

La petite vieille aux mains derrière le dos - Texte éphémère

Texte éphémère

 

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

la petite vieille aux mains derrière le dos, histoire, amour,

14:00 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

08 août 2014

La certitude du cœur ne ment jamais (Le mur de Dashuria) - Texte éphémère

 

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé...

 

 

texte, éphémère, la certitude, du coeur, ne ment jamais, mur, dashuria

18:04 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

06 août 2014

Deux anges ont quitté la terre et se sont retrouvés - Récit court

 

« Je te promets : je t’attends ». Point de mots pour une promesse. C’était ce qui avait été dit. Il y a longtemps. Très longtemps. C’était hier. C’était aujourd’hui. Ce serait demain.

 

Précieusement, tendrement, il lui avait pris sa main juste avant de s’en aller. Sa peau y était si fine ! Un parchemin de délicatesse. La sienne à lui aussi : attendrie par les longues années passées sur cette terre…

 

Leurs mains étaient enlacées comme elles l’avaient souvent été au cours de leur vie à eux deux, puis avec leurs enfants. Toujours ensemble. Jamais très loin.

 

Elle s’était éteinte la première. Attendait tranquillement que son bien-aimé la rejoigne. Il pouvait prendre son temps, elle savait pertinemment bien qu’il ne tarderait pas. C’était écrit. Et puis surtout, ils ne pouvaient vivre sans l’autre. C’était il y a si longtemps, déjà soixante-deux ans qu’ils avaient unis leur amour à vie. À mort. Jusqu’à l’instant ultime. Jusqu’à maintenant.

 

La promesse était tenue. De quitter ce monde ensemble pour risquer de ne pas se perdre dans l’ailleurs. Elle attendait. Patiente. Sereine. Car là où elle se trouvait désormais, le temps n’existait plus.

 

Elle souriait et son esprit était à ses côtés. Amour indéfectible. Son souffle à lui restait doux. Tout n’était que quiétude chez lui. Une vie comblée les avait unis dans leur bonheur, dans les aléas de la vie.

 

Enfin, il la rejoignit. Conscience reposée et apaisée. Dorénavant, un nouveau cycle allait commencer. Une autre aventure. Deux âmes sœurs réunies à jamais.

 

S’il leur était proposé de renouveler leurs vœux, nul doute qu’ils accepteraient. C’était d’une évidence qui ne pouvait être niée.

 

Deux anges avaient quitté la terre et s’étaient retrouvés. À vrai dire, ils ne s’étaient jamais perdus. Toujours accompagnés. Jamais l’un sans l’autre.

 

Il est de certaines choses qui ne peuvent être expliquées. Simplement observées. Admirées par ceux au cœur sensible. Au cœur aimant. Avec l’espérance, de vivre, aussi, un jour, un amour hors temps. Qui ne finit jamais. Qui arrive sur la pointe des pieds et se resserre éternellement dans une main recueillant l’autre.

 

Deux anges ont quitté la terre et se sont retrouvés.

 

En hommage à Don et Maxine Simpson.

Qu'ils reposent en paix.

 

Don et Maxine Simpson, amour, deuils, ils meurent ensemble,

Source : www.7sur7.be - article

20:38 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

04 août 2014

Être à l’heure - Texte éphémère

 

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

être à l'heure, heure, trop tard, prédiction

17:40 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

01 août 2014

Des miettes de coeur - Texte à mettre en musique

 

miette, coeur, rouge, âme, aimer, amour

 

J’ai pris les miettes de mon cœur fendu                    

Et j’en ai mijoté un pain d’états d’âme.

Chaque matin, une bouchée de toi et moi

M’éloigne de mon désespoir, triste déboire…

 

J’ai pris les miettes de mon trouble éperdu

Et j’en ai mijoté un pain pour Belles Dames.

Chaque midi, une croûte de toi et moi

M’annonce un fol espoir

 

J’ai pris les miettes de mes sentiments défendus

Et j’en ai mijoté un pain d’abnégation, vivre sans arme.

Chaque nuit, en amuse-bouche, toi et moi

M’épargne la danse des mouchoirs

 

J’ai pris les miettes de mon cœur de beurre

Et je les ai semées au vent.

Elles sont revenues en boomerang

Je n’ai rien pu faire.

 

Depuis, elles ont une autre saveur

Celle d’un survivant

Qui tangue, qui tangue

Pour ton amour éphémère.

  

Et puis, un jour. Oui, un jour, elles s’enfuiront à jamais

Et j’en aurai un, tout nouveau :

Un cœur à prendre, un cœur à aimer

Une âme chaste sans doublure

 

Et ce jour est arrivé, entre guillemets

Dans un ultime sursaut d’un renouveau,

Une flamme à protéger, à sublimer

Un amour sans armature

  

Je t'ai donné les miettes de mon cœur perdu

Un cœur entier, tu m'as rendu

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

28 juillet 2014

La pudeur des sentiments - Texte éphémère

 

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

texte, parapluie, mère, maman, décès, aimer, amour

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

27 juillet 2014

Une simple maille

 

Texte éphémère

Effacé - Temps de péremption dépassé

 

photos blog.jpg

10:25 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

20 juillet 2014

Parce qu'on a tous un petit coin de ciel bleu dans le coeur - Texte à mettre en musique

 
 

ciel, bleu, coeur, âme, texte à musique

 
On a tous un petit coin de ciel bleu dans la tête
Suffit de lever. Son petit nez en l'air
Sans  se donner la peine
De réfléchir
Faut pas  se laisser envahir
Par l'instant présent
Comme un enfant
 
 
On a tous un petit coin de ciel bleu dans le cœur
Suffit de rêver. La tête en l'air
Sans  se donner la peine
De s'entre-séduire
Faut pas  se laisser envieillir
Par l'instant tumulte
Comme un adulte
 
On a tous un petit coin de ciel bleu dans l'âme
Suffit d'élever. Son cœur en l'air
Sans se donner la peine
De désobéir
Faut pas se laisser s'enorgueillir
Par l'instant chagrin
Comme un  vaurien
 
On a tous un petit coin de ciel bleu
Dans son cœur
Dans sa tête
Dans son âme
 
Faut juste, le savoir.
Faut juste, le vouloir.
 
On a tous un petit coin de ciel bleu dans sa vie.
 
 

19:39 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

04 mars 2014

À cœur sexy, tout est permis ! - texte à mettre en musique

À cœur sexy, tout est permis

©Rachel Colas 2014

 

C’était un lundi,
Mes battements de cœur étaient en sursis
Je ne le savais pas
Mais ils vivaient au ralenti
Mon  cœur a fondu, mon corps a perdu
Je me suis dit : c’est foutu !

 

Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur de cendre…
 
Et puis, un autre jour, probablement un mardi,
Malgré les soucis,
J’ai à nouveau appris
Qu’il y a le choix dans la vie
De se sentir anéanti 
Ou de dire Merci

Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur de beurre…
 
Et j’ai entendu le mercredi
À tout cœur meurtri, une nouvelle vie
Un battement à la fois, 
Entre espoirs et joies, 

Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur de bois…
 
De se sentir encore en vie, le jeudi 
Avec rien qu’une envie
De battre, battre mon cœur ami
Parce que c’est ainsi,
Oui, je suis encore en vie. En vie.

Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur de cristal…
 
 
Et j’ai compris le vendredi,
C’est magnifique la vie !
Entre deux cris
D’effroi ou de vie
Je choisis 
Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur d’acier… 
 
De vivre comme un samedi
Au ralenti,
Pour me donner la chance
De vivre ainsi, comme un dimanche
Jour de chance

Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur de diamant…
 
À cœur sexy, tout est permis
Et aujourd’hui, mon cœur vit
Encore et encore, je suis en vie.
Merci.

Lui et moi, nous ne sommes qu’un
Sans lui, je ne suis rien.
Mon cœur, oui, mon cœur.

 

coeur, musique, paroles, insuffisance cardiaque

Dédié à Véronique M.

http://insuffisance-cardiaque.be/

 

 

 

 

 

 

 

18:03 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

31 décembre 2013

Tricotons 2014 !

2014, voeux,

 

En route de pied ferme vers 2014 !

 

C’est le dernier moment pour dresser le bilan d’une année qui restera souvenirs ! Qu’ils oscillent entre le rose et le gris, ces moments sont passés. Définitivement. Il est donc venu le temps de tricoter de nouvelles heures à venir avec les différentes pelotes de sentiments et d’émotions pour entamer cette nouvelle année avec notre palette de couleurs !

 

Je vous souhaite beaucoup d’imagination dans vos souhaits ainsi que de bonnes résolutions qui, comme chaque année, seront tenues, n’est-ce pas ?

 

Que souhaiter de plus que la santé, le bonheur, l’amour et le succès autour de nous, pour  nous et nos proches ? Un peu de tout ferait-il l’affaire ? Nan, nan : soyons gourmands : je vous en souhaite autant que vous ne le désirez !

 

Bonne et heureuse année 2014 ! Qu’elle soit mère de tous les bienfaits et vous ouvre le cœur !

 

 

10:21 Écrit par Rachel Colas dans Citations, Pensées | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

30 novembre 2013

#Nanowrimo : défi réussi !

 

Une belle aventure se termine aujourd’hui. Dire qu’il y a un mois, j’étais dans tous mes états : impatience, peur, et excitation pour commencer ce fameux Nanowrimo dont je n’avais jamais entendu parler. Une semaine auparavant, Anaïs Valente me propose le défi. Pas vraiment emballée : écrire 50.000 mots en un mois me paraissait utopique ! Et puis, qu’écrire qui tienne un roman ? J’avais bien quelques idées de nouvelles mais de là, à les étirer en cinquante mille mots, il y avait une marge !

 

Finalement, le plus difficile a été les doutes : cette histoire sera-t-elle intéressante ? Qu’a-t-elle de particulier ? Que raconter ? Et la première difficulté : rédiger un plan, puis trouver les personnages secondaires, rédiger le fil des scènes… les liens secrets entre les personnages, les non-dits, ce que le lecteur va découvrir et qui est écrit et les autres choses secrètes, qui effleurent à peine les phrases, tout en douceur, tout en mystère…

 

Une semaine d’angoisses diverses pour préparer un semblant de scénario et puis enfin, à minuit, le premier novembre, la délivrance : l’autorisation officielle de lâcher les mots retenus les jours auparavant, débrider son clavier et découvrir le début d’une histoire.

 

Les personnages prennent vie et ont parfois de drôles de revendications, c’est bon signe !  D’autres personnages voient le jour : on se demande d’où ils viennent et on se rend compte que finalement, ils existent ces personnages, ils ont une histoire, et se trouvent quelque part, dans mon imagination, peut-être dans une autre dimension. Pourquoi pas ? Ils vivent, aiment, souffrent et moi, je continue ma vie en parallèle, leur insufflant un semblant de vie en « Times New roman »….

 

Le but est atteint avec 66882 mots et un roman quasi terminé. Je n’en connais pas encore la fin même si quelques images me viennent… elles restent dans le flou, probablement pour m’en donner la surprise. Je suis tentée d’écrire vite le dernier chapitre mais la séparation serait trop douloureuse : je les aime, ces personnages même pour leurs côtés sombres ou surtout pour leurs côtés sombres qui les rendent tellement humain !…

 

Pourtant, il est temps de bientôt leur dire au revoir car une autre idée vient de m’être donnée ce matin, au fil de mes pensées matinales… J’ai noté l’idée afin qu’elle murisse, le temps de libérer mes personnages et les permettre de poursuivre leur vie à leur guise. Bientôt, ils n’auront plus besoin de moi pour vivre. Ils auront besoin de lecteurs… De vous !

10:19 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

02 novembre 2013

"Non mais allo quoi, t’es écrivain et tes personnages font la loi !"

écrivain, NaNoWriMo, auteure

 

 

Mince. Cela fait trois fois. Que je change. Figurez-vous qu’un des personnages principaux ne supporte pas son prénom ! Cela a été Daniella, puis Esther (j’adore ce prénom) et maintenant Sylvie. Et quoi ? Elle veut encore changer en Agathe ! Non quoi ! C’est qui, qui écrit ? Et d’ailleurs, si elle n’obéit pas, elle risque de passer à la trappe ! J’vous jure !

 

À part ça, grâce aux WW (Word Wars – la guerre des mots), j’en suis à plus de 10.000 mots (voir le Widget en haut à gauche). Ce NaNoWriMo est un truc de malade mais vous savez quoi ? J’adore !

 

Ma table de salle à manger complètement squattée ! De l’ordre dans le désordre. Cela fourmille d’idées !

22:31 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Version Papier disponible - Histoires à mourir de vivre : Vol. 2

Amazon, Histoires, Vivre, Suspens, Génial

 

 

Le titre dit tout !

Le voici, enfin, tout frais, tout chaud, dispo : ici

Encore merci pour vos fabuleux commentaires!

10:15 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE *HISTOIRES A MOURIR DE VIVRE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

27 octobre 2013

Voulez-vous nanowrimoter avec moi ?

 

 

NaNoWriMo Rachel Colas

 

Une première dans mon existence. Mais n’en avons-nous pas tout au long de notre vie ? N’est-ce pas ce qui donne le piquant de notre quotidien ?

 

Il y a une semaine, j’ai décidé, grâce à l’information donnée par mon amie Anaïs Valente, ma co-auteure namuroise pour « Histoires à mourir de vivre » (en deux volumes, svp !), de participer au NaNoWriMo 2013.

 

En un très très court résumé, il s’agit d’un marathon d’écriture international soit écrire un roman de 50.000 mots en un laps de temps défini : un mois. C’est beaucoup. « 50.000 caractères » en quinze jours est faisable même une semaine… Pour ce défi, certains s’absentent des réseaux sociaux et se mettent en totale autarcie. En congé, pour d’autres. L’objectif : écrire, écrire, écrire !

 

1er novembre, départ. En toute honnêteté, la date doit être respectée. Rien ne doit être écrit auparavant. Tout au plus, est-on autorisé à préparer le roman : faire le plan de l’histoire, les personnages, les lieux… Ainsi, il n’y aura plus « qu’à écrire ». Simplement aligner un mot après l’autre sans interruption ou si peu…

 

Je trouve l’idée sympa. Cela permet aussi de rencontrer des personnes de différents horizons qui ont la passion de l’écriture et qui plus est, la fiction. J’aime ce défi : booster l’imagination, c’est mon truc !

 

Ce que j’apprécie le moins, c’est que cela privilégie la quantité et non pas la qualité. Cependant, sincèrement, je ne pense pas viser les 50.000 mots à tout prix. Faire partie de l’aventure est déjà un évènement en soi. Et mettre sur pied un roman, un challenge vivifiant. Que demander de plus ? Écrire du blabla pour étaler les caractères les uns après les autres, non.

 

Il faut dire qu’il y a une semaine, je n’avais aucune idée ; tout au plus, une vague histoire que je dédiais à l’écriture d’une nouvelle. Ceci dit sans vouloir discréditer l’art de la nouvelle, qui est réputée aussi difficile, voir supérieure à l’écriture d’un roman. L’art de la chute au bon moment en quelques mots. Dire les choses essentielles qui chamboulent le lecteur à l’ultime phrase. Le renversement de situation en quelques mots. J'adore !

 

De cette vague histoire, j’en ai tout au plus une phrase qui résume le sujet du roman. Je vous la livre « Une femme jalouse engage une étrange voyante pour arriver à ses fins, quitte à bouleverser le destin de cinq femmes dont sa rivale. ».

 

Quelques idées tout au plus. Et puis, arrivent les personnages… L’héroïne, la belle et jalouse Clara, en compagnie de sa fille, l’adolescente Zoé, qui verra sa vie bouleverser face à d’étranges révélations, la romantique Myriam, en plein divorce qui aimera sans se douter du danger qui rôde non loin d’elle, la truculente et extravertie Edwige, la bimbo Gladys et surtout, Le ténébreux David et Zabel, la femme par qui tout va arriver, qui sait sans savoir et va découvrir qu’on ne prédit pas sans risque…

 

C’est l’incroyable qui flirte entre la réalité, le destin et le mensonge.

 

Aucun d’eux ne sortira indemne de cette aventure, c’est certain.

 

Est-ce écrit ? Est-ce leur choix ? Subissent-ils ?  Les prédictions influencent-ils l’avenir ?

 

En cet instant précis, je ne le sais pas encore. C’est désormais entre leurs mains…

 

Ils m’y mettront le clavier pour écrire leurs aventures, ce 1er novembre à 0h01… Je dois vous avouer que le clavier me démange !

 

 

 

 

 

 

21:07 Écrit par Rachel Colas dans NaNoWriMo 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

27 septembre 2013

Le volume 2 "Histoires à mourir de vivre" vient de sortir !

Histoires, anais valente, humour, mort

Vous étiez impatients alors que le premier est seulement sorti le dernier jour du mois d'août ! Votre feedback nous a motivé et l'envie d'écrire nous a tenaillée Anaïs et moi !

Le voici donc, avec une couverture verte - ma couleur préférée - créée par le graphiste Castiel AiD (Rac Karol Jr) que nous remercions encore pour son talent !

Vous voulez en savoir plus ?

« Un centenaire suspecté de meurtre, un oublié de la mort, un fan de Stephen King qui veut à tout prix l'égaler, un homme banal qui devient l’instrument de la mort, une étoile jaune traumatisante, un meurtre virtuel, un enfant psychopathe, un amour funèbre, une haine et une passion tenaces qui poussent à tuer, une liste qui venge, des brèves de cimetières pleines de mystères, un héritage empoisonné, ouvrez grands vos yeux, il y a des signes qui ne trompent personne ! »

Rachel Colas et Anaïs Valente reviennent pour un second volet de leurs Histoires à mourir de vivre, plus étonnant et détonnant encore !

"Car quand l’heure a sonné, tout est dit.
Alors, autant mourir de … vivre. Maintenant !"

Et pour ceux et celles qui n'ont pas encore eu l'occasion de lire le volume 1, celui-ci est actuellement en promotion à 0,99 €. Pas de quoi fouetter un chat !

Bonne lecture !
 

17:00 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE *HISTOIRES A MOURIR DE VIVRE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

24 septembre 2013

L'e-book : "La boîte aux émotions de Chloé"

émotion, Chloé, poésie, amour, érotique

 

Les pensées et les poésies tantôt coquines tantôt espiègles de Chloé, une réalité vue sous un autre angle. Chloé a fermé son blog mais heureusement, il reste ses souvenirs et surtout ses émotions sous forme de recueil.

Oui, oui, la charte des amants y est ainsi que ses dictons !

Vous le trouverez ici

 

21:02 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE : La boîte aux émotions de Chloé | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

L'e-book "C'est comme ça !"

Une petite mise en bouche en attendant la sortie du volume 2

"Histoires à mourir de vivre" !

 

Amour, Amitié, Coeur, Histoire, érotique

« Cacher la vérité et être impardonnable, trouver l’amour avec ou sans permission, entrer dans un étrange boutique, bénéficier d’une aide céleste, être amoureux, ne plus l’être, accepter d’être père, voler la neige, savoir ce qu’il y a derrière une simple porte, se tenir droite et être pris à son propre piège… »

 

Des histoires qui ont pointé leurs mots dans la catégorie éphémère de ce blog. Vous les avez peut-être lues, si vous les avez happées à temps. Maintenant, plus besoin de demander, elles sont désormais dans un recueil, retravaillées.

Bonne lecture !

19:47 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE : C'est comme ça ! | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

12 septembre 2013

Pour les Fêtes des Wallos, du gratuit... oui mais du "bon" gratuit !

livre, anais valente, rachel colas, histoires, suspens, drôle, imaginationLes fêtes de Wallonie et en particulier lorsqu’elles se passent dans notre belle ville de Namur m’ont toujours fait chaud au cœur pour son ambiance déjantée et ses pékets sans oublier la « petite gayolle » et le « Bia bouquet » !

Rien de tout ça aujourd’hui ! En tant que Namuroise de cœur, et Jamboise pour Anaïs, nous avons décidé de vous offrir notre livre numérique « Histoires à mourir de vivre » gratuitement le temps du weekend (samedi 14 et dimanche 15 septembre 2013). Téléchargez-le, lisez-le au calme lorsque les effluves éthyliques auront déserté vos neurones et qu’il sera temps de faire appel à la sagesse pour demander aux petits nains jouant du tambour au cœur de votre cervelle de rentrer chez eux sur la pointe des pieds. Illico presto !

Et aussi, pour les personnes ayant sagement profité des fêtes de Wallonie, le droit de savourer des histoires pas comme les autres : cadeau de bonne conduite ! Oui, un genre de bon point pour tenue correcte et tellement enviable à ceux dont la nausée est insupportable et à l'inévitable « on ne m’y reprendra plus » !

Et oui, du gratuit pour les fêtes de Wallos ? Pourquoi pas ? Anaïs et moi voulons en être parmi vous !

Bonne lecture et bonnes fêtes de Wallonie !

 

Ps : application gratuite kindle pour pc et smartphone : ici

17:00 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE *HISTOIRES A MOURIR DE VIVRE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

07 septembre 2013

Un peu d'humour : "Pour 2,69 eur, t’as plus rien… mais siiiiiiii, t’as des Histoires à mourir de vivre"

Je ne peux m’empêcher de vous mettre en intégralité le billet de auteur namuroise Anaïs Valente, il est vraiment trop bien écrit ! Le voici :

"Hé, ma bonne Dame, keskon a encore pour 2,69 eur, de nos jours ?

 

T’as pas un menu OK au Quick, même pas un mini Giant.  T’as un cheeseburger.  Mais t’as le gosier déshydraté.

 

T’as pas une place de cinéma.  T’as le droit de regarder un peu moins de la moitié du film.  La première moitié, comme ça tu restes sur ta faim (ou sur ta fin).

 

T’as pas une maison.  Juste la première brique pour la construire, c’est symbolique, mais que ça.  Un symbole, ça t’héberge pas.

 

T’as pas une casserole de moules au Lunch. Mais tu peux t’offrir la boisson et la sauce moules.  Et chercher sur les tables des casseroles abandonnées avec des moules flottant encore dedans.

 

T’as pas un paquet de serviettes hygiéniques.  Ou alors celles en format lange, qui grattent, qui collent pas, qui se déchirent.

 

T’as pas de quoi faire l’aller-retour en bus en ville pour aller te promener.  Hé, t’as qu’à revenir à pied, tu feras du sport.

 

T’as pas une écharpe Strelli.  Tu peux juste en extraire un confetti.

 

T’as pas un bouquet de roses.  Et en offrir une seule, ça fait radin quoi.  Ah ben si.

 

T’as pas un ballotin de manons Léonidas, passque les fleurs c’est périssable mais les bonbons c’est tellement bon bien que les fleurs soyent plus présentables.  Prends-en cent grammes, mais faudra payer un supplément.

 

T’as pas un livre de poche.  Ou alors un tout tout petit, tout tout plat, tout tout chez un bouquiniste ou sur une brocante.

 

T’as pas une frite/fricandelle.  Juste la frite.  Ou la fricandelle.  Arrange-toi avec ton voisin pour faire moit moit.

 

T’as pas un apéro en terrasse.  Prends un verre d’eau.

 

T’as pas une boîte d’aspirines (après l’apéro).  Toute façon, t’avais qu’à pas boire.

 

T’as pas une lasagne farniente.  Contente-toi de « farniente », c’est gratos.

 

Bref, pour 2,69 eur, ma bonne Dame, t’as plus rien ou presque.

 

Presque.

 

Pour 2,69 eur, tu peux t’offrir le bouquin qu’on a écrit, Rachel Colas et moi.

 

Rachel Colas est une blogueuse et auteure belge.  Comme moi.

 

Elle adore écrire des nouvelles.  Comme moi.

 

Elle vit à Namur.  Comme moi.

 

Elle a découvert mon blog.  Comme moi le sien.

 

Puis on est devenues amies.

 

Et à force de se dire « comme moi », on décidé d’unir nos plumes pour vous concocter nos « Histoires à mourir de vivre ».

 

Kekseksa ? 

 

27 histoires.

 

Pour frémir.

 

Pour rougir.

 

Pour rire.

 

Pour pleurer aussi.

 

Des histoires à mourir de vivre quoi.  Fantastiques parfois.  Angoissantes.  Émoustillantes aussi.  Étonnantes, toujours.  Tristes aussi, quelquefois.  Un peu de tout, comme le fromage belge (mais pas une fois, 27 fois)

 

Certaines de mes histoires ont été publiées sur ce blog, parfois, d’autres sont totalement inédites.  Vous connaissez mon style rigolo, vous allez découvrir une autre facette de mon écriture, que certains connaissent déjà.  Voici donc l’occasion de vous plonger dans le côté obscur de ma force.  Et de découvrir le talent talentueusement talentueux de Rachel Colas.

 

Histoires à mourir de vivre, ce sont donc 27 histoires, soit 208 pages de lecture (143 en Kindle, mais c’est bien la version intégrale, savent pas calculationner chez Kindle).

 

Pour 2,69 eur. 

 

Prix de lancement.

 

En Kindle.  Vous connaître Kindle ?  C’est un format à lire sur Kindle.  Une liseuse, qu’on dit.  J’ai pu tester, c’est trop trop bien, j’en veux une.  Mais Kindle peut aussi être chargé gratuitement sur votre pc.

 

Et pis vous pouvez même télécharger un extrait gratuit, yesss, gratuit, avant l’achat, des fois que vous auriez encore un doute quant à l’utilité de dépenser 2,69 eur, bande de radins.

 

Et si vous êtes allergiques au numérique, passque ça rime, y’a aussi la version normale, pour ceusses qui aiment palper et respirer un livre, le corner, l’abîmer, le conserver dans une vieille bibliothèque branlante car épuisée de supporter tant d’ouvrages.  Elle est un peu plus chère, 7,62 eur, passqu’il y a du papier, mais pas tant que ça, prix d’un livre de poche, à peine.

 

Voilà voilà, et pis on vous prépare déjà le volume 2, que vous allez nous réclamer à cor et à cris, passque nos Histoires à mourir de vivre, c’est comme le chocolat, on en devient addict… question de vie ou de mort quoi.

 

Ooh ça va je rigole, je me la pète pas à ce point, mais j’espère que ça va vous plaire, passque ça rime encore.

 

Et si vous avez que 0,95 eur à dépenser, vous pouvez vous offrir la réédition de mon mini-roman En direct du paradis, enfer compris, avec plein de morceaux de chick lit inside, histoire de prolonger l’été.

 

Et pour 2,99 eur, c’est la réédition du Savoir écrire pour les filles que vous pouvez vous offrir.

 

Bref, que du bonheur, à découvrir ici :

 

Histoires à mourir de vivre version Kindle et papier

 

En direct du paradis, enfer compris version Kindle

 

Le savoir écrire pour les filles version Kindle"

 

Unique, n'est-ce pas ?

 

anais valente, histoire, amazone, mort, vie

 

16:00 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE *HISTOIRES A MOURIR DE VIVRE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Histoires à mourir de vivre, Nouveau livre

Histoires, anais valente, humour, mort

 

 

J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon nouveau livre intitulé « Histoires à mourir de vivre ». Ces histoires sont nées d’un fameux coup de hasard ! Mais, vous savez maintenant, « il n’y a pas de hasard, rien que de belles rencontres ». Ces histoires sont nées d’une belle amitié et de points communs avec Anaïs Valente, auteure namuroise.

 

Si vous connaissez l’humour décapant d’Anaïs, vous serez encore plus sous le charme et si vous avez aimé « Cinq minutes de retard » vous ne serez pas déçus ! Ces histoires sont étonnantes, angoissantes, amusantes et émoustillantes. Une chose est certaine : elles ne vous laisseront pas indifférents. Gare à la larme à l’œil et aux battements de cœur plus rapides !

 

Le livre est disponible sur Amazon version papier (7,62 €) et version numérique sur liseuse kindle ou via l’application gratuite Kindle pour pc ou Smartphone au prix de lancement de 2,69 € (oui 2,69 €, il n’y pas de mauvais placement de virgule !).

 

Un avant-goût ? Le voici : « Des tourments qui s’apaisent à la mort d’êtres chers, un attaché-case meurtrier, des cauchemars qui prennent vie, un gène qui tue, des fils d’or qui invitent la mort, cinq minutes qui s'octroient le droit de vie... ou pas, un robe de plumes de corbeau qui ravit son créateur, une fenêtre propre qui protège un meurtre, du sexe sans limites avec une célébrité, ou pire, Facebook qui assassine, plus rien ne sera comme avant lorsque vous aurez lu ces histoires !

Car quand l’heure a sonné, tout est dit.

Alors, autant mourir de … vivre. Maintenant ! ».

 

Un remerciement spécial pour le graphiste Castiel AiD (Rac Karol Jr) qui a fait un travail fabuleux !

 

Je vous en souhaite bonne lecture ! 

14:00 Écrit par Rachel Colas dans LIVRE *HISTOIRES A MOURIR DE VIVRE* | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

31 janvier 2013

À lire (érotique) : L'aspirateur - RECIT COMPLET

 

erotique, aspirateur,

    Je ne sais pas comment cela s'est produit. Ni pourquoi, ni comment. J'étais bien. Ni heureuse, ni malheureuse. Une belle vie : belle maison, travail intéressant, enfants en bonne santé et en bonne scolarité, mari aimant... et puis voilà : ÇA s'est passé. Comment ? Je ne sais pas... Insidieusement... Je crois qu'après tout, je n'ai pas vraiment envie de savoir... Depuis lors, lorsqu'on sonne à ma porte, je ne suis plus la même... mais j'anticipe... Je me souviens, c'était un lundi matin, La sonnette de la porte d'entrée a retenti. Je n'avais aucune envie d'ouvrir : fait excusable : j'étais sous la douche !

 
 

   Je me souviens des gouttelettes sur mon corps, de mes cheveux mouillés, de mon peignoir blanc en éponge enfilé à la va-vite et mal refermé sur ma poitrine... Un moment de détente tellement mérité et si vite rattrapé par le quotidien : pas moyen d'avoir la paix ! Jamais. Frustration. La sonnette a retenti une deuxième fois. C'était peut-être important ? Le facteur ? Un recommandé ? La voisine Frida ? Pour finir, dans le doute, j'ai quand même ouvert... Ai-je bien fait ? Encore aujourd'hui, je me le demande... Mais sincèrement, je pense que oui...

 

    Comment aurais-je pu savoir que ma vie allait basculer au moment où j'ouvrirais la porte ? Qu'aurais-je dû faire ? Ignorer le jet d'eau chaude presque brûlant sur ma peau fatiguée ? Ce matin encore, je me suis dit que  « zut », il fallait que je pense à moi : mon corps devait avoir toutes les caresses qu'il méritait et je devais, puisque j’en recevais rarement, me les offrir moi-même... Je suis sortie de la douche, j'ai enfilé rapidement mon peignoir et je suis descendue quatre à quatre les marches de l'escalier...

 

      Le chien est venu à ma rencontre : l'air de se demander pourquoi tant d'excitation alors que le bruit de la sonnette ne l'avait même pas dérangé : c'est un chien plus que pacifique ! Même son job de gardien, il ne l'assume pas ! Un stage de dressage l'attend… un jour, peut-être... lorsque j'aurai le courage de me lever à 7 heures du matin, le dimanche pour l'accompagner au cours en même temps que d'autres maîtres aussi courageux... Moi, après avoir élevé les enfants, je n'avais pas vraiment l'énergie d'en élever un « autre »...

 

     Toujours est-il que j'ai ouvert la porte après le troisième coup de sonnette. Il ne se tenait pas très droit. Dans sa main gauche, un attaché-case... Costume cravate... Cravate, mal ajustée, d'ailleurs. Visiblement pas à son aise... Un débutant. Jeune.  Très jeune...

 

    En ouvrant la porte d'un coup sec, je l'ai fait sursauter. L'envie de rire m'a pris instantanément : on aurait dit un oisillon tombé de son nid ! Étonné, le bras encore levé, il m'a regardée de haut en bas. Désarçonné. Complètement. Apparemment, il ne s'attendait pas à être accueilli par une femme aux cheveux mouillés, portant en tout et pour tout un peignoir blanc ! Et pourtant, sans conteste, c’était bien à lui que cela arrivait. De gêne, il s'est mis à tousser. Une petite toux sèche. Sa gêne tangible m’a donné, sans que je sache pourquoi, une impression de puissance... de confiance en moi. Après tout, j'étais maître chez moi...

 

         - Bonjour, chère madame, vous avez une chance incroyable de m'avoir ouvert votre demeure ! Vous allez pouvoir découvrir l'aspirateur révolutionnaire qui va épater toutes vos voisines !

 

    Il m'a récité le tout dans un souffle. D'une traite. À faire pitié. Il était plutôt beau gosse... Un tantinet jeune... Il y a quelques années, j'aurais pu le prendre comme mon fils... Mais, depuis peu, mon regard a changé... Ma vision maternelle s'est peu à peu changée en vue plus féminine... Les hormones, peut être ? Je ne savais pas vraiment de quoi il parlait... Tout ce que je savais, c'était qu'il avait sonné à ma porte et non pas celle de Frida, ma voisine... Une chance pour moi ! Pour une fois, je la devançais...

 

     Il était encore très tôt : il ne faisait aucun doute que j'étais sa première cliente... Même si sa cravate n'était pas correctement ajustée... Je brûlais d'ailleurs de la remettre en ordre... ou complètement en désordre...

 

     C'est à cet instant que j'ai pris conscience de ma nudité en dessous du tissu éponge du peignoir... cheveux mouillés. Sexe humide... un reste de douche, ou peut-être l'idée de cet homme face à moi en cet instant...

 

    En commercial obéissant, il est entré... Il a posé une grosse valise. Énorme cette valise ! Je ne l'ai pas vue de prime abord... Il l'a ouverte tout en se présentant.... Il était nouveau dans l'entreprise... Il avait été séduit immédiatement par le concept révolutionnaire de ce nouvel aspirateur. D'ailleurs, toute sa famille en était déjà dotée ! C’est dire ! En quelques minutes, l'engin fut assemblé : il était d’une taille non négligeable... mais j’étais préoccupée par tout autre chose… L’engin, du moins celui qui était en démonstration, ne me tentait guère... Par contre, le « démonstrateur », lui, ne m'était pas indifférent... Ses épaules démontraient un être pas mal bâti. Les fesses semblaient rondes et fermes : elles suscitaient l'envie de les toucher, de les palper... les hanches étaient étroites...

 

    Semblant m'intéresser à la démonstration, je me suis approchée de lui... sans vraiment le faire exprès, en fait, un petit peu quand même, j'ai - « par inadvertance » - entrouvert mon peignoir : on pouvait y découvrir la naissance de mes seins... et même un peu plus... 

 

Le bout de mes seins pointait : le tissu éponge de mon peignoir les effleurait. À moins que la vue de ce si beau jeune homme n'y soit pour quelque chose...

 

Il continuait nerveusement son baratin de commercial... Sans me regarder tout à fait : mauvais point...

 

    Je me suis assise sur le canapé en face de lui et j'ai croisé puis décroisé doucement mes jambes... Il n'y avait pas de raison que ce soit l'apanage d'une certaine actrice... Je suis certaine qu'il a vu ma toison car ses joues ont pris une teinte rosée assez attendrissante. Étrangement il m'a semblé que la température de la pièce avait augmenté de quelques degrés...

 

    D'un air perdu, il a regardé sa montre. J'ai souri. Je me suis levée et d'un air gourmand, je lui ai demandé de me donner la prise électrique de son aspirateur si révolutionnaire.... Troublé, il me l'a tendue. J'en ai profité pour refermer ma main sur la sienne... Mon regard a plongé dans ses yeux. Je n'ai pas cillé. Je l'ai scruté. Je voulais le deviner. L'obliger certainement... Il n'a pas bronché. J'ai pourtant eu l'impression qu'il retenait son souffle. Il n'a pas dit « non ».

 

    Dans ses yeux, une lueur que j’ai décidé de prendre pour un acquiescement. Un assentiment. La prise est tombée à mes pieds. Elle y est restée pendant que nos regards sont restés accrochés l'un à l'autre. Sa main s'est faufilée sous mon peignoir et a effleuré doucement mon sein gauche. Comme elle était douce cette main qui avait si peu travaillé ! Un peu gauche pourtant. Sans expérience, probablement. J'ai dû guider ses doigts pour pincer le bout de mon sein dressé comme il ne l'avait plus été depuis si longtemps... L'autre sein se sentait délaissé : j'y ai mené son autre main et l'y ai déposée fermement. Il s’est laissé faire... Petit oisillon perdu. Élève soumis...

 

Mon peignoir est tombé à nos pieds. Ses mains étaient toujours posées sur mes deux seins. Il a regardé mon corps offert. Nue : il ne pouvait plus reculer. Sous son pantalon, un renflement de bon augure... J'avais hâte d'y mettre la main. Les siennes sont descendues le long de mon corps, ont caressé mes hanches. Doucement. Presque craintivement. Je lui ai retiré son affreuse cravate, ensuite sa chemise à quatre sous : il avait un torse magnifique ! Son pantalon tombait trop bas : je pouvais voir la naissance de son pubis... quelques poils clairs... Des vagues de désir montaient en crescendo... Je n'avais cependant aucune envie de me presser : j'avais toute la matinée et même l'après-midi s'il le fallait. Le temps paraissait suspendu... Les tentures étaient encore tirées : je n'avais pas eu le temps de les ouvrir : quelle chance ! Si Frida nous avait vus, sûr qu'elle aurait été capable de nous déranger par jalousie, rien que pour m'embêter...

 

    Ses mains ont effleuré mes fesses, le bas de mon dos puis sont remontées jusqu'à mes épaules. Elles sont revenues lentement sur ma poitrine. Très doucement. Sont redescendues précautionneusement jusqu'à mon sexe. Sans vraiment en prendre possession. J'aurais voulu plus d'audace. J'ai dégrafé son pantalon. Heureusement, la ceinture était très facile à retirer ! Une tirette et tout s'est ouvert  d'un coup. Le pantalon est retombé à mi-cuisse...  Je l'ai regardé droit dans les yeux :

    - Déshabille-toi !

 

    Sans un mot, il m'a obéi. Je n'en revenais pas ! C'était excitant de voir cet homme inconnu s'exécuter sous mes ordres... Il a retiré ses chaussures, ses chaussettes et enfin son pantalon. Il était en slip noir moulant. Excitant. Terriblement excitant. Éperdument excitant. Son sexe se devinait sous le tissu tendu. Ma main l'a effleuré dans un mouvement de va-et-vient. Je me suis arrêtée pour le deviner. C'était chaud. Je l'ai senti dur. Les lèvres de mon sexe se sont ouvertes comme par magie. J'avais chaud. Lui était brûlant. Comme sa verge...

 

    - Enlève tout, ai-je pu articuler

 

    Le slip enlevé, j'ai pu voir apparaître son sexe dressé. Fier. Il était tendu, prêt à être cueilli ou à me cueillir, moi...

 

    Je me suis mise à genoux. J'ai caressé son entrejambe tout doucement... Il était excité, sa main a pris son sexe et l'a tenu droit devant moi comme une offrande... Mes lèvres l'ont happé : c'était doux. Palpitant. Offert. Quel bel objet ! Je n'ai pas bougé : j'ai simplement tourné ma langue lentement autour de son gland. Je l'ai entendu gémir... Ma main libre s'est dirigée entre mes cuisses : j'étais fondante ! Mes lèvres ouvertes étaient prêtes à recevoir le meilleur. Deux de mes doigts se sont introduits facilement : j'étais tellement mouillée !

 

Son bassin a commencé à faire des mouvements de va-et-vient... Dans ma bouche : je le contenais presque entièrement. Parfois, il butait contre le fond de ma gorge : j'aurais pu l'avaler ! C'était excitant. Au bout de lui, une goutte âpre un peu salée. J'avais l'impression d'en être à la mise en bouche... Ce qui n'était que vérité, après tout. Son mouvement devenait de plus en plus rapide... Si cela ne me dérangeait pas de le « goûter », j'avais au moins l'envie et l'exigence de prendre mon pied également... Je me suis relevée, lui ai pris la main, et l'ai quasi fait asseoir de force sur une des chaises de la salle à manger...

 

Je dois reconnaître qu'il s'est laissé faire. Il était adorable : si beau, assis le sexe dressé. Sans rien dire, sans prévenir, je me suis empalée sur lui. Transpercée... Tout de suite après, ses mouvements impétueux m'ont donné des vagues de plaisir... Il s'est penché sur mes seins et les a mordillés pendant que je montais et descendais sur lui en rythme. J'avais l'intention de prendre tout mon temps...

 

    J'ai du mal à l'admettre mais je pense que sincèrement, j'ai joui grâce à Frida. Lorsque le timbre de ma sonnette a retenti, je savais pertinemment bien que c'était elle : elle devait estimer que la camionnette garée devant chez moi était restée plus que le temps nécessaire...Je n'ai bien sûr pas ouvert mais, d'excitation, j'ai eu le meilleur orgasme de ma vie !

 

    Et bien entendu, depuis lors, j'ai un aspirateur full technologie : on n'en trouve pas de meilleur dans le quartier... même pas chez Frida... 

 

12:09 Écrit par Rachel Colas dans A lire !Erotique! L'asirateur | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : erotique | | |  Facebook | | | | Pin it! |

29 août 2012

Bye, Bye, Little Girl - Texte à mettre en musique

 

Tes longues boucles dorées transpercent la nuit sombre

Il fait si froid dehors !

Je contemple mon désarroi dans le reflet de la flaque

de tes larmes,

Tu sais, mon cœur a gardé de belles cicatrices

Lorsque tu as éveillé ton âme salvatrice.

 

 

Oh little girl,

Avant que tu me dises « je t’aime », je ne savais pas qui j’étais

Bye, Bye, little girl

 

Aujourd’hui, il fait jour

Sur la vitre, je pose ma joue

J’y retrouve tes yeux verts clairs

Avec toi, est partie la colère

 

 

Oh Little girl,

Avant que tu me dises « je t’aime », je ne savais pas qui j’étais

Bye, Bye, Little girl

 

Tu n’as plus peur, Little girl

Elle est là, ta renaissance

Tu as saisi ta chance en toute confiance

Sans défaillance, sans descendance

Comme une délivrance,

 

 

Oh little Girl,

Avant que tu me dises « je t’aime », je ne savais pas qui j’étais

Bye, Bye, little Girl

 

Good Luck, Little Girl

Good Luck, Little Girl

 

Oh Little girl,

Avant que tu me dises « je t’aime », je ne savais pas qui j’étais

Bye, Bye, Little girl

Oh oui, avant que tu me dises « je t’aime », je ne savais pas qui j’étais

Bye, Bye, Little girl...

 

Pour une petite fille particulière,

Texte à mettre en musique.

bye, girl, amour, enfance, petite fille,

 

 

 

 

11:28 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

04 août 2012

Du nouveau...

Depuis quelques semaines, ce blog est négligé et délaissé. En raison, certaines circonstances de la vie qui nous font malgré tout grandir, prendre certaines décisions, se remettre en question, bref la vie tout simplement qui s'écoule...

 

Certains projets sont mis en veille mais pas pour autant oubliés ! Au contraire, parfois, c'est pour reprendre un meilleur élan ! Le temps est élastique, comme j'écris dans mon dernier livre, également que l'énergie est renouvelable, c'est un fait... mais inutile de la gaspiller, n'est-ce pas ?

 

Un nouveau tapuscrit est en cours de lecture dans différentes maisons d'édition, un projet qu'il me hâte de vous dire, on croise les doigts ! Un autre roman sommeille dans le tiroir, il attend sagement, il est encore trop prude, son heure n'est pas venue... Quant à une autre personnage, il fait des pieds et des mains pour connaître le monde, j'attends l'illustrateur/trice idéal qui lui donnera vie. Chaque chose en son temps et une chose à la fois. Une de mes devises, désormais.

 

En ce moment, sur le site www.revealistes.be, des citations buissonnières illustrées par mes photos. Quelques artistes doivent encore rentrer leur création. Il reste encore quelques places pour ceux ou celles qui veulent participer. Ce projet aura bientôt un an et 25 artistes y ont déjà participé ! À chaque fois, une belle rencontre !

 

Quant à l'écriture, une histoire se profile tout doucement, les images sont de plus en plus présentes, les mots quant à eux ne sont pas encore devenus une priorité, le personnage se peaufine, il prend son temps... Un livre, c'est comme un accouchement : il tarde que l'enfant soit là et pourtant on voudrait le garder en soi le plus longtemps possible...

 

J'ai eu le plaisir, hier, d'apprendre qu'une partie de mon interview dans l'émission "Mon bien-être" de Direct 8 venait de repasser dans le best of avec la définition du rêvéaliste. Cela fait plaisir et s'il peut aider ceux ou celles qui désirent réaliser leur(s) rêve(s), c'est encore mieux !

 

À bientôt donc, ou rendez-vous sur www.revealistes.be !

 

revealiste, l'art de réaliser ses rêves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:46 Écrit par Rachel Colas | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

05 janvier 2012

Vidéo interview Direct 8 : " Faut-il aller au bout de ses rêves ? "

 

À l'occasion de mon dernier livre "L'art de réaliser ses rêves" Éditions du Dauphin, septembre 2011, j'ai été invitée à partager le plateau TV de l'émission "Mon Bien-être" sur la chaine Direct 8. Une belle expérience...

 

Les habitués du blog www.revealistes.be et les "fans" Facebook de l'art de réaliser ses rêves" ont déjà eu l'occasion de la découvrir. Je vous invite à les rejoindre et... en attendant, mes meilleurs vœux à tous !

 

Et vous, vos rêves en ce début d'année, quels sont-ils ?

 


 

 

 

16:00 Écrit par Rachel Colas dans *L'Art de réaliser ses rêves*, *PRESSE ET LIBRAIRIES* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

16 octobre 2011

Viva la vie ! - Texte à mettre en musique

 
Il lui dit Adieu
Si Dieu le veut
Parce qu’il lui semble que c’est mieux
Ainsi va la vie
Viva la vie !
Et il prie.

 

Elle lui dit Adieu
Parce qu’elle le veut
Et elle se dit tant mieux
Ainsi va la vie !
Viva la vie
Chasser le vide.

 

Ils se sont dit Adieu
Parce que c’est fini
Parce que c’est mieux ainsi
Ainsi va la vie
Viva la vie !

 

Il l’a rencontrée
Il est émerveillé
Il est libre et maintenant il vibre
Ainsi va la vie !
Viva la vie !

 

Elle l’a rencontré
Elle l’a aimé
Elle est libre et maintenant elle vibre
Ainsi va la vie
Viva la vie.

 

Deux êtres se perdent.
Deux être se retrouvent.
Et le monde tourne.
Ainsi va la vie
Viva la vie !
 

viva la vie, adieux

 

13:33 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

22 septembre 2011

L'art de réaliser ses rêves : un livre, un jeu de cartes...

l'art de réaliser ses rêves, rachel colas, rêvéaliste, rêve, réalitéJ’ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon nouveau livre « L’art de réaliser ses rêves – Nous sommes tous des Rêvéalistes® seulement nous l’ignorons » aux Éditions du Dauphin, Paris. J'ai eu le plaisir de le découvrir aujourd'hui dans les librairies. Il est également à la FNAC, au club, sur Amazon...

 

Nous avons tous des rêves, des plus simples aux plus inaccessibles, et il n’y a pas d’âge pour les réaliser. De tout temps et dans tous les pays, des projets les plus fous ont vu le jour et ils sont bien réels !

 

Alors vous aussi, réalisez votre rêve le plus cher ! N’attendez pas que les événements de la vie vous obligent à changer vos habitudes et remettent en question votre style de vie : ce n’est pas parce qu’un rêve vous paraît inaccessible qu’il ne se réalisera pas un jour. Maintenant que vous y pensez, peut-être est-ce tout simplement le moment où jamais d’entreprendre ce projet resté enfoui dans votre mémoire et de « changer de vie » !

 

C’est ce que propose cet ouvrage simple de 11 chapitres pratiques accompagné d’un jeu de 52 cartes (1 carte pour votre rêve, 10 cartes « objectifs », 11 cartes « techniques », etc.). Vous y découvrirez aussi des exercices faciles, des exemples de vie, de petites histoires agréables à lire.

 

Le livre et le jeu deviennent les compagnons de route de votre projet et répondent à vos interrogations. Les cartes, elles, vous obligent à réfléchir à leurs questionnements et à leurs réponses au fur et à mesure que se réalise votre projet.

 

Un exemple : si votre rêve est d’acheter un chalet à la montagne, et que vous tirez la carte intitulée «VOUS et votre rêve », la question posée est : « est-ce que ce rêve est bien le vôtre ou celui de quelqu’un d’autre ? Est-ce un projet commun ? ». Si vous jugez que votre réponse est : « OUI, c’est bien mon rêve à moi », le tirage des autres cartes vous posera d’autres questions essentielles en vue de trouver les meilleures réponses à votre projet.

 

Ce livre a donné aussi naissance à un site : www.revealistes.be. Il combine les arts et le développement personnel. Vous y découvrirez entre autres des créations inédites d’artistes inspirées des citations du livre.

 

Bonne découverte !

 

 

18:08 Écrit par Rachel Colas dans *L'Art de réaliser ses rêves* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

02 septembre 2011

Un jour, je partirai, je te le jure - Texte à mettre en musique

Je partirai, un jour, je te le jure.
Aujourd’hui ou demain, Je te quitterai.
Je partirai avec mes rêves et mes souhaits,
Vers un autre ailleurs, vers un autre meilleur,
Même si c’est dur.

 

Je partirai, un jour, je te le jure
Aujourd’hui ou demain, je te quitterai.
Je continuerai mon chemin
Notre histoire est écrite sur un parchemin
D’un claquement de main, tout est fini en un tournemain
Oui, c’est sûr.

 

Je partirai, un jour, je te le jure
Aujourd’hui ou demain, je te quitterai.
Vers d’autres lendemains
Je te le dis d’un ton badin
Aujourd’hui, c’est la cassure
Je mets mon cœur en censure

 

Je partirai, un jour, je te le jure
Et pourquoi pas, aujourd’hui ?
Oui, j’avoue, je te fuis
À travers toi, je ne m’aime pas
Mon âme passe à trépas

 

Alors, aujourd’hui,
Je partirai avec mes rêves et mes souhaits,
Vers un autre ailleurs, vers un autre meilleur,

© Rachel Colas

 

coeur, partir, chanson, amour


16:59 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |