12 janvier 2015

Tristesse du jour, espoir de demain

tristesse, possible, impossible

 

Mon humeur a été au diapason du temps. Autant dire qu’en ce jour sombre, gris et venteux, il laissait peu de place aux éclats de rire ! L’année 2015 commence dans les larmes et l’inquiétude un peu partout dans le monde. Les derniers événements à Paris ont chamboulé le monde et un changement est à prévoir. À espérer. À envisager. Espérance, je crois en toi…

 

Oui, je pense que cette année 2015 sera l’année de l’espoir. J'espérais la sérénité, mais je pense m’être trompée...

 

Aujourd’hui, j’ai rendu visite à mon amie coauteure Anaïs Valente, renversée fin décembre par une automobiliste alors qu’elle se trouvait sur un passage piéton. Je ne connais pas les circonstances de cet accident et j’avoue je ne veux pas m'y attarder. Cela n'est pas ma priorité. Du tout. Cela ne changera rien. On ne revient pas en arrière.

 

Je me dis simplement qu’il faut lever le pied en tant qu’automobiliste, être vigilant et plus encore en hiver avec ce temps grisâtre alors que les manteaux restent sombres et aussi, inviter les piétons à plus de vigilance : j’en vois tous les jours qui traversent sans regarder… enfin si, leur smartphone ! Quelle imprudence pour leur vie ! C’est à tout le monde de prendre soin de sa vie et de celle des autres… Mais voilà. C’est ainsi et l'on ne peut revenir en arrière…

 

Je suis sortie de la clinique bouleversée. En colère. « Ce n’est pas juste ! » Et infiniment triste. Terriblement triste. Si je pouvais seulement tenir entre mes mains un tableau noir qui représenterait la vie, j’y effacerais tous les nuages existants pour y laisser place au soleil. Si seulement je détenais une baguette magique ! Et dire que nous avions déjà imaginé nos séances de dédicaces pour le volume 1 « Histoires à mourir de vivre » qui devrait bientôt sortir... Et même le second était envisagé… On s’était dit que 2015 nous apporterait plein de surprises et puis. Voilà. Rien ne se passe comme on l’imagine. Me voici donc avec deux personnes proches qui doivent se battre pour retrouver une vie dite normale...

 

La bonne nouvelle est qu’elle est sortie des soins intensifs. Aujourd’hui. Et que son visage s’est illuminé lorsqu’elle m’a vue. Et j’ai su en cet instant même qu’un jour, probablement dans de longues semaines ou des mois, nous serons à nouveau ensemble pour rire de tout, parler écriture, dévorer nos tartes au citron et macarons ou tester un nouveau resto du coin sans oublier le terrible Nanowrimo qui hante nos jours et nos nuits de novembre !

 

Je suis rentrée le cœur à l’envers, la tête dans la bruine, en pilotage semi automatique, extrêmement prudente. Et puis, je me suis raisonnée : à quoi bon se lamenter ? Est-ce que j’aimerais moi que mes amies me pleurent dans une telle situation ? Non. Par contre, j’ai une autre certitude : elle est forte. Courageuse. Et pleine de ressources. Elle devra se battre et elle a déjà commencé. J’ai donc décidé de penser à elle, non pas sur son lit d’hôpital, mais souriante, pleine de vie. Engendrer des pensées positives envers quelqu’un ne peut que lui être bénéfique. Ce n’est pas vivre dans un monde de bisounours ni occulter la situation. C’est simplement se donner une chance de favoriser le meilleur pour l’autre. Une façon d’agir inconsciemment. De chasser ce sentiment d’inutilité, de frustration. De se sentir si impuissant. Et de chasser la colère.

Et maintenant, je vais espérer que 2015, si mal commencé, se terminera en beauté. Pour moi, pour ceux que j'aime, pour vous, pour le monde. 

 

 

tristesse, possible, impossible, pensée positive

 

18:45 Écrit par Rachel Colas dans Citations, Pensées, ÉMOTIONS POÉTIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

29 décembre 2014

Parfois, Souvent

lumière, bonheur

 

Parfois, souvent, les idées me viennent d’une image, d’un mot, d’une musique ou d’une observation. Ici, c’est une image qui m’a inspiré cette poésie. En ces jours de fêtes et d’opulence, certaines personnes souffrent, sont seules, ou même en deuil. C’était le cas pour moi et ma famille, il y a trois ans. La douleur passe, laissant une nostalgie des jours heureux ou des jours perdus.  

 

Je crois qu’en chaque personne brille une étoile. Parfois, le cours de la vie peut prendre une tournure si noire, que la lumière de cette étoile peut en être occultée alors qu’elle brille toujours de mille feux. Si chacun de nous pouvait voir dans les yeux de l’autre briller cette étincelle de vie, et le lui dire, ce serait un cadeau inestimable. Nous sommes tous une lumière pour quelqu’un dans ce monde. Tous. Sans exception. Et ce n’est ni parfois, ni souvent. Simplement toujours. Faut-il encore s’en souvenir.

 

Parfois, c’est souvent

 

Parfois, à l’aube des matins blancs

Arcs-en-ciel opalescents

Radieux Instants

Fi du passé

Ode au présent fragile

Il est venu

Serrant ma main dans la sienne

 

           Parfois, en début d’après-midi

           Arcs-en-ciel encore engourdis

           Rires légers, si légers…

Fi des douleurs passées

Ombres irisées d’un tendre soir

Ici, naît l’espoir

Savourant l'instant présent

 

Parfois, jours de solitude aux longs sanglots

Arcs-en-ciel au goût amer

Reste sans foi

Fi de soi

On aurait dû y croire. Encore.

Il se tient à mes côtés

Serrant ma main dans la sienne

 

Souvent le Bonheur est en nous

Oubli inouï, sommes-nous fous ?

Un peu partout,

Venu d’on ne sait où

Enfoui au plus profond de

Notre existence, il est temps

Temps, grand temps, d’aimer

 

D’abord Soi.

Pas parfois,

Souvent.

Toujours…

 

 

 

12:32 Écrit par Rachel Colas dans ÉMOTIONS POÉTIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

28 décembre 2014

Petit éloge du jour

 

éloge de la nuit, Ingrid Astier, Twitter

 

 

C’est en sautillant de tweet en tweet tel l’Oiseau Bleu que j’ai découvert ce texte, via Zen Cool @Spartitude. Il m’a tellement plu par sa simplicité que j’en ai commandé le livre. Il devrait me parvenir le dernier jour de décembre, juste à temps pour commencer la nouvelle année en poésie. Je m’en réjouis.

 

Et par amusement, je vous offre « Petit éloge du jour », imaginé… cette nuit, à partir du texte « À vivre », Petit éloge de la nuit, Ingrid Astier.

 

À vivre

 

Un jour, les pieds dans la rosée, à l’aube

Un jour à égrener les heures

Un jour à dénombrer les minutes

Un jour à inventer

Un jour en harmonie avec cet autre nous-même

Un jour à découvrir l’amour

Un jour à repousser la tombée de la nuit

Un jour, allongée et debout dans le ciel

Un jour à humer des parfums

Un jour à courir dans le sable

Un jour à gravir la montagne

Un jour à dire « je t’aime »

Un jour à mettre le pied dans un arc-en-ciel

Un jour à jouer dans la neige

Un jour en liberté de tout

Un jour à pleurer (de joie)

Un jour à rire encore et encore

Un jour pour aimer

 

Un jour n’y suffira pas. Peut-être une vie ? Peut-être.

Dites-moi ce que sont vos jours, je vous dirai qui vous êtes...

12:18 Écrit par Rachel Colas dans ÉMOTIONS POÉTIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

24 décembre 2014

Mes Meilleurs Voeux

 

Je vous souhaite à tous, de merveilleuses fêtes de fin d'année !
 
Que le bonheur, la joie et les rires vous accompagnent
tout au long de cette nouvelle année.
 
Qu'elle vous garde en bonne santé et vous apporte
richesse, amour et la réalisation de vos voeux les plus chers à votre coeur
 
Je vous embrasse,

Rachel


 

So this is Xmas
Ainsi, c'est Noël
And what have you done
Et qu'est ce que tu as accompli
Another year over
Une autre année se termine
And a new one just begun
Et une nouvelle est sur le point de commencer
And so this is Xmas
Et maintenant c'est Noël,
I hope you have fun
Je te souhaite de la joie
The near and the dear one
À mes proches, aux personnes qui me sont chères
The old and the young
Aux jeunes et aux vieux

 

A very Merry Xmas
Un très joyeux Noël
And a happy New Year
Et une bonne année
Let's hope it's a good one
Espérons que s'en sera une bonne
Without any fear
Sans aucunes peurs

 

And so this is Xmas
Et ainsi c'est Noël
For weak and for strong
Pour les faibles et les forts
For rich and the poor ones
Pour les riches et les pauvres
The world is so wrong
Et le monde est si injuste
And so happy Xmas
Et un si joyeux Noël
For black and for white
Pour les noirs et les blancs
For yellow and red ones
Et les jaunes et les rouges
Let's stop all the fight
Arrêtons tous les combats

 

A very Merry Xmas
Un très joyeux Noël
And a happy New Year
Et une bonne année
Let's hope it's a good one
Espérons que s'en sera une bonne
Without any fear
Sans aucunes peurs

 

And so this is Xmas
Et ainsi c'est Noël
And what have we done
Et qu'avons nous accompli
Another year over
Une autre année se termine
A new one just begun
Un nouvelle est sur le point de débuter
And so happy Xmas
Et ainsi c'est Noël
We hope you have fun
Je te souhaite de la joie
The near and the dear one
À mes proches, aux personnes qui me sont cheres
The old and the young
Aux jeunes et aux vieux

 

A very Merry Xmas
Un très joyeux Noêl
And a happy New Year
Et une bonne année
Let's hope it's a good one
Espérons que s'en sera une bonne
Without any fear
Sans aucunes peurs
War is over, if you want it
La guerre est finie si tu le veux
War is over now
La guerre est terminée maintenant

 

Happy Xmas
Joyeux Noël

 

Source : Paroles et traduction de la chanson - site www.lacoccinelle.net

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans ÉMOTIONS POÉTIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

31 octobre 2014

Toi, ce père que j'aurais choisi

 

père, prière, tristesse, foi

 

Toi ce père que j’aurais choisi,

Heureusement qu’un jour, il n’y a pas si longtemps, je t’ai dit

Que ta fille de cœur, j’étais

Heureusement qu’un jour, il n’y a pas si longtemps, tu m’as dit

Que mon père de cœur, tu étais

 

 

Toi, ce père que j’aurais choisi,

Je sais que tu es un battant

La vie n’est pas un roman

Les larmes ne sont pas des mots

Point de baguette magique, pour effacer les maux

 

 

Toi, ce père que j’aurais choisi

Merci pour les moments de complicité,

Le partage des jours heureux, sans gravité

La vie tient à un fil

Moins qu’un battement de cils…

 

 

Toi, ce père que j’aurais choisi

Une bougie pour toi

Pour encore, te battre, garder la foi

Reviens parmi nous,

sans garde-fou

 

 

Toi ce père que j’aurais choisi,

Ce n’est pas juste.

Vraiment pas juste.

Pour des habitudes, pour des marches en trop,

Quel fiasco, ton monde incognito

 

 

Toi ce père que j’aurais choisi,

Heureusement qu’un jour, il n’y a pas si longtemps, je t’ai dit

Que ta fille de cœur, j’étais

Heureusement qu’un jour, il n’y a pas si longtemps, tu m’as dit

Que mon père de cœur, tu étais...

 

Pour Roland,

 

 

 

 

 

 

11:05 Écrit par Rachel Colas dans ÉMOTIONS POÉTIQUES | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |