24 juillet 2015

La robe rouge

robe rouge, amour, deuil,

 

 

 

Croquis de Katie Rodger

 

 

 

 

 

 

Je ne sais pas par quoi commencer. Je ne suis pas habituée. À écrire. À dire. À exprimer…

Dois-je débuter par l’essentiel ou le futile ?

Est-ce important ?

Et si je n’étais qu’une étoile filante dans cette vie ? Ce serait déjà bien... Et puis, je me souviens : je suis ton étoile.

 

Je me trouve devant cette page gribouillée de quelques mots jetés en vrac. Pour tromper l’effarement. L’avenir, peut-être. À moins que le présent ? C’est compliqué. J’ai peur.

Par lâcheté, je me perds dans les fils de mon existence. Par amour pour toi, je les dénoue. Je dois tricoter le reste de ma vie et surtout, y ajouter le dernier point.

 

Je découvre que j’ai beaucoup à dire et peu en même temps. C’est l’ambivalence des êtres humains… C’est comique. C’est triste. Je ne peux rien y faire.

 

J’ai une certitude qui me grignote le ventre et une ritournelle qui me hante depuis ton départ :

 

« Je ne mettrai plus jamais ma robe rouge.

Celle que tu aimais. »

 

Et puis les trois mots qui suivent inexorablement : « Tu es parti » et le constat, terrible : je suis seule. Les pensées sont jetées brutalement sur le papier et la douleur me pénètre dans chaque pore de ma peau. J’ai mal.

C’est effrayant aussi : je vis encore !

Et toi, tu n’es pas là !

C’est pénible cette vie qui coule dans mes veines, tranquillement, par habitude. Ce sang qui circule allégrement dans mon corps… Ce sang, couleur robe. Ma préférée, celle que tu m’as offerte…

 

« Je ne mettrai plus jamais ma robe rouge.

Celle que tu aimais. Celle que nous aimions »

 

Cette lettre, je l’écris en un adieu à cette existence. Glisser les mots sur papier, c’est leur donner vie. J’offre la mienne, car désormais, sans toi, elle m’indiffère. Tu n’es plus là, tu m’as laissé ton dernier souffle, cadeau ultime…

 

Il me reste une mission suprême : brûler cette page noircie de ton absence, les mots partiront en cendres.

Comme moi.

Un jour.

Bientôt.

J’espère.

Il me tarde de te rejoindre.

 

« Je ne mettrai plus jamais ma robe rouge.

Je t’en fais la promesse ».

 

 

 

 

 

 

 

16:11 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.