30 juin 2015

Dégustation d'un macaron au citron et au marron expérimentée par un polisson

macaron, citron, marron, gourmandise, erotique

 

Suite à un défi littéraire : évocation d'une gourmandise

 

 

 

Mise en scène : salon de la Marquise de la Bonbonnière.

La Marquise est couchée nonchalamment sur sa dormeuse. À ses côtés, un plateau en argent : des douceurs sont délicatement disposées sur une assiette en porcelaine.

En face, se tient son favori qui la couve des yeux.

 

Gros plan sur l’amoureux. Il hume. Il ouvre la conversation avant de se plonger très loin dans des pensées défendues :

 

 

Quelle est cette chose odorante qui fleure bon dans ce salon ?

« Des macarons au citron et au marron »

Ronronne ma bien-aimée, mon joli chaton…

En total abandon devant cette gourmandise, ces ronds bonbons,

Une friandise sans concession.

Je sens monter l’excitation…

 

En toute confession, sans contrefaçon,

Devant cette parfaite cuisson, cadeau de Cupidon

Elle reste sans réaction et même d’une parfaite discrétion :

Sa fine main part dans la direction

Opposée de son beau regard couleur chaudron

Pour se saisir du plus gros macaron !

 

Par définition, le vol de macarons, un rien démon

Rime avec déraison et convoitise sans nom

Et pourtant, mieux vaut l’effraction que la déception !

C’est l’expression d’une fascination

Et la fragilisation d’un esprit fripon

Qui ne vit que des frissons de la passion.

 

Je ne suis point felon : à ses sucreries, je lui donne mon pardon

Et sans sermon, j’avoue, je mors à l’hameçon.

À l’horizon, reste un malheureux macaron en mal de dégustation

Elle hésite, la gourmande, à prendre sa convoitise au citron

Je connais la leçon, moi son mignon,

C’est ma mission, je le lui offre sans obligation

C’est son obsession, elle est ma passion.

 

Je garde cette option, tel un paillasson

mais un paillasson qui avec raison connaît sa perdition à la perfection

Puisque avec sa permission, je joue le polisson !

Elle le déguste devant moi avec délectation

Je m’imagine être le macaron : je suis en pâmoison

Devant cette lente pénétration.

Ca y est : je suis en perdition…

 

Je sais avec raison, que m’attend la réanimation

Qui a la réflexion, est presque de la capitulation !

Qu’importe, j’ai à tenir ma réputation !

Je prône la réconciliation sans façon…

Ceci n’est point une fiction : les macarons au citron et au marron

Sont des merveilles de sensations

À qui l’avale, à qui aime à l’unisson…

 

Ce n’est donc point un mensonge de trop

Que de dire du macaron au citron et au marron

Qu’il est sans conteste la promesse d’une excitation et d’une érection !

Ceci n’engage que moi, le polisson,

Qui joue avec la gourmandise comme d’une consommation sans modération.

Qui veut, peut. De l’imagination et de la perfection  

A qui se perd dans les gâteries, se laisse déguster en toutes occasions.

Cela dit : donner à votre aimée, des macarons. Au citron et au marron.

 

 

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans ÉMOTIONS POÉTIQUES, Jeux de mots | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.