29 juin 2015

(Dé)connexion - Texte à mettre en musique

relax, déconnextion, pause

 

 

 

 

Y a celui qui veut nous éblouir

Des voyages, à nous étourdir

Des barbecues, des amis à n'en plus finir

Il raconte de tels délires, faut pas l’contredire

Faut dire, y pas d’âge pour faire semblant, le monde soupire, on garde le sourire

 

Un jour, une semaine, un mois, et puis tout le temps, véritable secte

Je me connecte, tu te connectes, il ou elle se connecte

Nous nous connectons, nous nous perdons

Déconnexion

 

Y a celle abonnée à la maltraitance et aux chiens errants

Qui partage à tout bout’champs

Des horreurs à vomir commises par de sales gens

Une telle souffrance, c’est effrayant

Le monde ferme les yeux, on se sent impuissant

 

Un jour, une semaine, un mois, et puis tout le temps, véritable secte

Je me connecte, tu te connectes, il ou elle se connecte

Nous nous connectons, nous nous perdons

Déconnexion

 

Y a celui qui dit bonjour le matin, déguste son premier café

« Bonne après-midi, les copains, trois statuts par jour, c’est pas compliqué »

Il pense à dire bonsoir, avant de s’endormir le soir, devant sa télé

Demain, sûr qu’il sera le premier sur FB.

Le monde n’a plus rien à raconter, on est épuisé

 

Un jour, une semaine, un mois, et puis tout le temps, véritable secte

Je me connecte, tu te connectes, il ou elle se connecte

Nous nous connectons, nous nous perdons

Déconnexion

 

Et que dire de celui, entre deux statuts, caché

Tel un zombie, derrière son clavier, espion assidu

Qui vole, récolte des instants suspendus

Tous les jours de la semaine, pas de vécu pour l’intrus

Le monde a de la peine, le monde ne veut pas de chaînes, on a rompu

 

Un jour, une semaine, un mois, et puis tout le temps, véritable secte

Je me connecte, tu te connectes, il ou elle se connecte

Nous nous connectons, nous nous perdons

Déconnexion

 

Et surtout, y a ceux qu’on aime, toi et eux

Qu’on veut garder, ça nous émeut

Pour s’amuser, au mieux, être au milieu d’eux

Alors on reste, par jeu et même pour un ou deux

Le monde a envie d’aimer, on est heureux.

 

Un jour, une semaine, un mois, et puis tout le temps, je n'joue plus dans la pièce

Je me déconnecte, tu te déconnectes, il ou elle se déconnecte

Nous nous déconnectons, nous nous aimons

Réalité, reconnexion

 
 

 

fb.jpg

 

 

18:44 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.