09 mars 2015

Plus qu'une couleur - Court récit

Orange, lettre,

 

Un choc. De couleur. Orange. Une couleur que j’exècre. Est-ce pour cela que mon œil a été attiré, qu’il s’est posé incertain sur vos épaules menues ? Mon cœur a tressauté pris en flagrant délit de tromperie envers moi-même. J’étais hypnotisé, en attente d’un profil que j’espérais doux. Je ne fus pas déçu, il était loin de mes espérances ! Je ne savais pas qu’il en existait d’aussi beaux, d’aussi tendres ! D’un mouvement félin, vous vous êtes déplacée : attentive à la vague de livres qui déferlait devant vous. Je me suis approché à pas de loup. À vrai dire comme un automate. Sans réfléchir. Je devais vous voir. Il me fallait découvrir votre visage. Entièrement. De face. En prendre possession et même l’apprivoiser.

 

Sans honte, sans pudeur, je vous ai scruté : j’ai happé la naissance d’un sourire à la lecture d’une quatrième couverture. Vous avez reposé comme à regret ce livre. Je me suis promis de l’acheter en souvenir de ce sourire capturé en toute impunité.

 

Et puis, vous avez levé les yeux vers moi. Probablement que mon regard vous a éveillé à moi comme si vous m’apparteniez. Comme si vous viviez pour moi. Comme s’il n’y avait que nous deux. Oui, nos regards se sont croisés. J’ai découvert des yeux verts. Sombres. J’aimerais tant y ajouter de la lumière mordorée ! J’en ai le pouvoir. Pour vous. Peut-être pour nous. Je ne sais. Ou plutôt, je sais, mais je tarde le moment de vérité. Le plaisir doit perdurer…

 

Votre sourcil gauche s’est levé. Interrogateur. Quelque chose en moi s’est brisé pour mieux renaître. C’était bouleversant. Le temps s’est arrêté. Il est devenu palpable. Mes lèvres se sont élargies comme une fleur éclot aux premiers rayons de soleil, en douceur, avec confiance. Je vous ai offert mon meilleur moi. Je l’avais oublié. Je m’étais oublié. Il y avait longtemps… Oui, longtemps que je n’avais plus souri. Depuis son départ pour toujours… d’elle. D’elle que j’aimais par-dessus tout.

 

Elle est partie loin, là où j’irais un jour. Comme chacun de nous. Mais, mon heure n’est pas encore venue. Alors j’attends. Je suis venu ici, parce qu’elle était amoureuse des livres et que sentir cette encre et ce papier nouveau me plonge dans sa pièce préférée : celle où les bouquins décident de leur place, où ils font la loi, où ils ouvrent la porte sur un monde inconnu, du merveilleux au pire. Du pire au meilleur. Oui, j’avais perdu le sourire...

 

Aujourd’hui, vous me l’avez rendu. Gênée - peut-être troublée ? - vous avez détourné le regard. Et moi, j’ai gardé sur mes lèvres, le sourire. Ce sourire que je vous ai confié. Que vous avez effleuré et que par timidité, vous n’avez pas voulu garder. Je l’ai laissé sur mon visage, ce sourire. Et je suis reparti avec. Il ne me quittera pas. En souvenir de vous. En souvenir d’elle. Et je vais vous dire une confidence : la couleur orange vous va à ravir. Et je pense même qu’elle va devenir ma couleur préférée…

 

12:32 Écrit par Rachel Colas dans TEXTES EPHEMERES (ou pas) | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Très beau récit!

Quel plaisir de pouvoir écrire de si jolies choses...

Écrit par : Mamy Poule | 10 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.