02 mars 2015

Rendez-vous

Comme chaque année, je me rends au même rendez-vous. Pas question d’oublier ! Ni de le rater. C’est devenu un rituel. Pourtant, cette fois-ci, le rendez-vous a été reporté au lundi. Question de facilité. De gestion d’agenda. Il faut dire aussi que c’est le dernier jour. La chance ultime de s’y rendre. Et je me demande avec du recul, au vu de cette excellente journée, si ce n’est pas le meilleur jour finalement ? Je risque de récidiver…

 

Vous avez deviné, n’est-ce pas ? Et puis on en a assez parlé au journal… C’est aujourd’hui le dernier jour de la foire aux livres de Bruxelles. Un bon bain dans la littérature, la culture, l’imaginaire et surtout, une foule de passionnés de lecture !

 

Cette année, point de romans : j’en ai encore une flopée en attente de lecture sur ma liseuse. Par contre, le dernier jour est le jour des bonnes affaires : certains stands, afin de ne pas devoir reprendre les invendus, bradent les prix, littéralement, si j’ose dire... J’ai donc pu acquérir « le bon usage » - ultra complet - de Grevisse à moitié prix au lieu de cent euros. Faites votre calcul... J’ai craqué : une pareille édition ne se refuse pas… Par contre, je n’aurai plus d’excuses si je laisse des coquilles dans mes textes. Glups ! Allez hop : au revoir Perfection ! Nul n’est parfait, et c’est heureux, sinon ce serait trop lassant !  

 

Un petit livre rose s’est glissé dans mes mains. En le feuilletant, je suis tombée (par hasard ?) sur la locution « Nulla dies sine linea » soit « pas de jour sans écrire une ligne ». J’avais justement écrit cette phrase dans mon journal d’écriture où je note ce qui me passe par la tête : des mots, des morceaux de phrases, des idées, parfois des gribouillis même si je n’ai aucun talent pour le dessin. Toujours est-il que j’ai décidé d’y voir un signe. (On ne se refait pas !).

 

Et puis, chez Grasset, j’ai déniché le livre qui restait dans le coin de la tête en espérant le commander dès qu’il serait disponible. Il s’agit du livre de Marceline Loridan-Ivens, « Et tu n’es pas revenu ». J’ai eu un coup de cœur pour l’auteure suite à une interview. ICI. Une sacrée personnalité ! Respect pour cette femme ! Envie de découvrir son histoire d’amour et de courage pour la vie… Je me réjouis de baigner dans le silence et de plonger dans son récit…

 

Ensuite, un livre que je réserve à ma coauteure Anaïs Valente, toujours en centre de rééducation. Elle progresse de jour en jour… Elle adore ses chats. Elle aime comme moi l’art-thérapie. Lorsque j’ai vu ce livre, j’ai pensé à elle, immédiatement. Encore un signe ? Oui !

 

Et le dernier : « L’agenda du reste de ma vie ». J’ai trouvé le titre amusant, parce qu’il me renvoie à moi-même. À tout ce que je veux encore faire. Vivre. Apprendre et… le temps qui passe. Je l’ai également feuilleté, délicatement comme tous les livres. Car ils sont fragiles et robustes en même temps. Ils s’adaptent tout simplement à leur lecteur. Le saviez-vous ? Ils sont magiques les livres, ils vous connaissent parfois mieux que vous. Ils s’adaptent. Les pages s’effeuillent à votre rythme.  Ils sont votre reflet et parfois pas celui que vous désireriez… Dans ce livre, j’ai découvert une analogie avec le Petit Prince de Saint Exupéry. Des phrases piquées au hasard qui me faisaient un pied de nez. Décidément !

 

Une journée pleine de pépites en compagnie d’une amie très chère. Une journée placée sous le soleil – on a même pu éviter notre drache nationale et déguster un cupcake devant un bon café serré - juste le temps de souffler et de reposer nos épaules du poids des livres… (Merci Grevisse !).

 

Chaque année, c’est pareil. On achète, on découvre nos livres mutuellement, on demande l’avis de l’autre, on partage nos coups de cœur, entre rires, taquineries et discussions pseudo-sérieuses. Un moment entre amies. Une journée comme je les aime. Bon. Et maintenant ? C’est quand qu’on va à Redu ? ;-)

 

foire, livres, grevisse,

20:57 Écrit par Rachel Colas dans *MES FANTAISIES* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.