13 février 2015

Écran

Télévision, téléviseur, acteur, TV, solitude

 

Il est devant son téléviseur

Mangeant son hamburger sans saveur

Tel un voyeur sans pudeur,

À l’affût des moindres rumeurs

 

Elle est devant son téléviseur

Anesthésiant sa douleur

À coup de sueur, en débardeur,

Au rythme Gym Tonic minceur

 

Ils ne se rencontreront jamais

Même pas à un congrès ou ici, tout près

Ils ont oublié

De s’aimer. De s’aimer.

 

Il reste devant l’envahisseur, toutes les heures

L’Exterminateur de bonne humeur

L’Explorateur de lourdeur

Qu’est-il devenu ce doux rêveur ?

 

Elle reste immergée dans son malheur

Maquillant son air rieur

Point d’amateur pour son cœur

Longtemps, détroussé par un cambrioleur sans peur

 

Ils ne s’aimeront jamais, non jamais

Pas même pour un bout d’essai

Rien ne changera dans leur vie en retrait

Cette vie sans attrait, pleine de regrets

                                   Pleine de regrets

 

Ils prennent des antidépresseurs

Pour anesthésier leur rancœur

Oubliant la candeur du bonheur

La chaleur d’une âme sœur…

 

Une vie dépourvue de couleurs

Sauf celles de leur téléviseur

Et puis, soudain, une panne de secteur

Plus de téléviseur, plus de moniteur !

 

Point de commentateurs ni de consommateurs

De la vie, ils ne sont plus spectateurs

Terminé l’opérateur accrocheur, racketteur de bonheur

Pour une erreur de fournisseur…

 

Sur le pas de la porte, à l’extérieur, une légère fraîcheur

Sans pudeur, sans peur, nos deux spectateurs

Échangent un long regard rêveur

Entre douceur et ardeur, à en décrocher le cœur

                                                À en décrocher le cœur

 

 

Ils se sont rencontrés par un fait exprès

Ils se sont aimés, c’est vrai

D’un amour que l’on dit éperdu

Peut-être bien que c’était voulu…

 

 

16:00 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE*, ÉMOTIONS POÉTIQUES, Poésie Allégorique | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.