13 novembre 2014

Jour 13 – #Nanowrimo – La débandade des personnages rebelles

Jour13, NaNoWrimo, NaNoFR

 

68.247 mots. J’arrive au bout de l’histoire. Sauf que je n’en connais pas encore la fin et je suis curieuse de la découvrir ! Je vais laisser mon clavier refroidir, car il chauffe depuis ce matin, très tôt. Il me reste plus que la seconde partie. Le fond même de l'histoire. Ce qui s'y cache. En deuxième lecture.

 

Ces derniers jours m'ont permis de découvrir quelques dérives de la part de certains personnages : un nouveau acteur de la troisième partie a déclaré forfait et a exigé de reprendre la peau d’un personnage de la première partie sauf… que celui-ci était mort !

Et comme mon roman n’est pas une fantasy, cela n’a pas été facile de trouver une parade ! Merci ! On ne peut pas dire que nos personnages nous aident, ils ne nous rendent pas la vie facile mais à vrai dire, l'auteur non plus. 1 - 1 !

 

Par contre, j’ai découvert l’humour de certains lorsqu’ils parlent entre eux et ils n’y vont pas par le dos de la cuillère ! Madame de Vilayn est devenue « Miss Faux Petit De qui pète plus haut que son cul ». Une incartade. Rien à faire, je n’ai pas pu m’y opposer. Ce n’est pas de tout repos ! Incorrigibles !

 

Certaines phrases sont cadeaux. Je ne sais d’où elles viennent ou comment les personnages en arrivent à exprimer ainsi leurs ressentis..

Parfois, aussi, elles m’émeuvent :

« Une vérité venait de griffer le miroir de son âme. »,

 

ou me font rire :

« Pas assez d’argent pour s’acheter une prothèse. C’était un “sans dents” comme disait le Président. Il avait beau dire lui, il pouvait s’en payer des dents ! Et même en or ! À quoi cela servait si c’était pour ramasser de la boue plein la gueule ?"

 

ou encore, elles mettent en jeu toute l’ambivalence des relations humaines : 

« Laurent, le jeune facteur, n’avait qu’une envie : terminer et rentrer potasser ses cours. Il avait de l’ambition ! Oh ! Il était poli. Gentil. Serviable. Mais il était avare de temps. Faut dire qu’il l’utilisait autrement que dans les relations humaines. Il les utilisait à étudier “la psychologie”. C’était mieux. À ce qu’il se disait. ».

 

Et de ces personnages que l’on veut aider, mais qui restent sur leur positon :

« Car il sentait que c’était une “gentille” et les gentils, ils peuvent faire du ravage autour d’eux. Ils peuvent même mettre de l’espoir dans le cœur de ceux qui n’ont plus rien. Et lui, il ne voulait pas revivre. Juste rester une ombre. Mais les ombres, c’est bien connu, risquent d’accrocher des poussières d’amour. Il devait rester vigilant ».

 

Et même des mots-valises, en voici un :

« Elle n’était que leur vide-rancœur ».

 

Après avoir posté ce texte, je referme l'ordinateur pour me préparer à une cérémonie qui me tient à cœur : la réussite de ma grande Chérie, diplômée à l’UCL ce soir (baccalauréat). Plus que deux ans en master.

Un avant-goût de cadeau d’anniversaire puisqu’elle aura vingt et un ans, ce mardi. Ensuite, le tour de son frère et du mien. Le mois de novembre, c’est NaNoWriMo, mais c’est aussi et avant tout le mois des anniversaires et de la fête en famille ! Mais, ne peut-on faire de chaque jour une fête par de petits riens et de grandes choses ?

 

Je vous souhaite une excellente soirée,

À bientôt,

 

 

15:42 Écrit par Rachel Colas dans Mes photos, sources d'inspiration, NaNoWriMo 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.