28 mars 2011

Faux-Semblant - Épisode n°17 : Fausse apparence

FS yeux.jpgAinsi, son apparence était encore considérée comme étant une apparence « froide » ! Que devait-il faire ?

 

Accepter bien évidemment ! Mais comment se comporter ? Comment aurait-elle agi ? Qu’aurait-elle fait apparaître comme sentiment ? De la joie probablement. Un sourire aux lèvres. Comment fait-on pour mettre des étincelles dans ses yeux ?

 

Il n’était pas encore arrivé à ce stade. Pas facile de faire semblant. Jouer pour que cela devienne vrai. Il devait se préparer. À jouer la grande scène. La finale. Probablement un des derniers tests...

17:58 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE, Faux-Semblants | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

23 mars 2011

E-motivez-vous !

Article pour www.soleil-levant.org

-  Héros malgré nous ?E-motivez-vous, emotions, intelligence émotionnelle, rachel cloas

Gérer. Voilà : le mot est lâché ! Gérer son temps, gérer son travail et le concilier avec sa vie familiale. Gérer ses sentiments, son stress. Gérer, encore et toujours gérer. S’en suit inévitablement, une notion de potentialité : sommes-nous CAPABLE de gérer ? À coup sûr : la culpabilité nous atteint à moins d’être un héros malgré nous. L’heure du parfait a sonné : chaque chose dans le bon tiroir, l’excédent n’ayant pas sa place.


-  Et si tout cela n’était qu’une vaste blague ?

Et si... au lieu de gérer, nous vivions ? Vivre l’instant présent et profiter de nos émotions ? Bonnes ou mauvaises, elles ont la place qu’elles méritent et que nous leur attribuons !
Nous avons appris à gérer nos émotions, garder au fond de nous, quantité d’émotions comme la tristesse, car « plus grande elle sera, plus elle sera profonde » ou la colère « cela ne se fait pas de se laisser aller à la colère », « cela nous rend irresponsable ». L’admiration va vers ceux qui nous paraissent forts sans savoir que dans l’intimité, les « forts » sont comme tout un chacun : avec leurs émotions et leurs sentiments.


-  Vivre ses émotions, c’est accepter de se décrypter.

C’est aller à la découverte de soi sans préjugé et avec bienveillance. Cette boule dans la gorge, cette impression de malaise qui se love au creux de l’estomac est une indication que quelque chose se passe en nous. Le premier réflexe à avoir est de localiser la « perturbation corporelle » et en prendre conscience. Une fois, le doigt pointé dessus, elle est validée. Reconnue, elle n’a, de ce fait, pas besoin de s’amplifier : elle existe. Que nous dit-elle cette brume passagère dans notre havre de paix qu’est notre identité ? Elle peut nous dire que nous sommes en colère, tristes, avons peur, sommes dans l’insécurité... Elle met en lumière une émotion bien particulière. L’identifier, c’est comme voir son facteur s’arrêter devant la maison et y déposer dans la boîte aux lettres, le courrier : publicité ou lettre importante, à ce stade-ci, nous n’en savons encore rien...


Deux solutions s’offrent à nous : ignorer le facteur et décider de ne pas se rendre à la boîte aux lettres : à coup sûr, ce sont des publicités. Aucune importance. Nous rayons l’information de notre esprit et nous passons à autre chose. Nous « gérons ». Les choses importantes des autres. Nous pouvons aussi - et c’est la seconde solution -nous interroger et nous demander si, après tout, ce ne serait pas quelque chose d’important : nous nous décidons à agir. À nous interroger. La curiosité au minimum s’éveille. Nous décidons de vivre l’instant. Nous prenons notre courage à deux mains : avancer droit devant cette boîte qui nous délivre... une lettre. En cet instant, nous comprenons que nous avons bien fait de bouger : quelque chose d’important est présent. Une émotion se cache effectivement derrière ce sentiment de malaise, cette « perturbation corporelle »... Nous avons encore le choix : ouvrir ou non cette lettre ? Accepter le message de notre émotion ou la nier ? Prendre le temps de réfléchir. De s’analyser. Avons-nous envie de continuer ? L’enveloppe est un support comme l’émotion est le véhicule d’un message. Encore une fois, nous avons le choix : savoir ou ignorer et au pire, faire semblant. Et si cette émotion avait un message important à délivrer ? Ouvrir la lettre et la lire. Découvrir, le message. L’intérioriser ? Du coup, l’enveloppe, l’émotion n’a plus de raison d’être. C’est à nous que revient le choix de tenir compte du message ou non.


Si nous sommes de mauvaise humeur et que nous ressentons une boule dans la gorge sans en comprendre le pourquoi, nous avons le choix : subir et mal vivre cette journée ou nous demander le pourquoi de cette boule dans la gorge... Nous allons de ce fait peut-être nous rendre compte qu’en réalité nous ressentons de la tristesse. Si nous décidons de creuser plus, nous pouvons comprendre que la tristesse vient du fait que nous n’avons pas reçu, par exemple, de texto de notre ami(e) hier soir et que cela nous donne un sentiment d’abandon et nous fait croire que « s’il(elle) ne me donne pas signe de vie, c’est qu’il(elle) ne m’aime pas ». Au minimum deux solutions : continuer à vivre mal et en vouloir à la terre entière ou simplement convenir que l’ami en question a eu un empêchement et pourquoi pas, décider de prendre contact avec lui... De même que mettre de l’énergie dans la colère est un choix : identifier la colère est une chose en comprendre le message, l’étape suivante. Est-ce que cela vaut la peine de rester dans un état de colère avec le négatif que cela nous apporte ou pouvons-nous décider de changer d’état ? Après tout, la colère que nous vivons n’est probablement pas connue de celui ou celle qui l’a initiée ! Nous goûtons sans le savoir au poison !



-  Prendre le taureau par les cornes


La première étape est donc de procéder à l’état des lieux, ensuite de comprendre le message de l’émotion. Lorsque le message est délivré, l’émotion peut partir. Reste le choix d’agir ou de subir ! Vivre ses émotions, c’est aussi explorer le fond du puits pour décider d’y goûter l’eau et de remonter un sceau d’eau clair. C’est aussi s’y enfermer. Et vous, que préférez-vous ? Au lieu de subir, vous avez pris la décision d’agir. Dès lors, la question à se poser sera de « comment pouvez-vous changer d’état d’esprit ? Ou encore « quelles sont les mesures que vous pouvez prendre pour résoudre le problème posé ». Chacun trouvera la meilleure solution en réfléchissant posément et rationnellement à la problématique ET en tenant compte de son intuition. Cela veut dire que toutes les informations nécessaires à la résolution du problème devront être recueillies et validées avec votre profond ressenti et surtout... être en accord avec... vos émotions ! La boucle est bouclée !



-  Besoin d’une nouvelle paire de lunettes ?


Le mot « émotion » contient le verbe « motion » qui signifie « action de se mouvoir, se mettre en mouvement ». On peut donc imaginer qu’une émotion est un sentiment qui nous fait avancer, bouger et même évoluer... Et pourquoi pas, nous motiver ?

S’émotiver, voudrait dire que nous avons tous la capacité de nous motiver en utilisant nos émotions. Pour cela, nous devons utiliser nos ressources, nos soleils intérieurs pour appréhender la réalité selon de nouvelles perspectives. Si nous sommes d’humeur maussade, il est à parier que nous ne remarquerons pas les choses positives qui nous entourent. C’est la même chose lorsque nous achetons une voiture, nous nous étonnons de voir le nombre incroyable de ce type de voiture qui circule ! Nous avons mis le filtre « j’ai acheté une nouvelle auto ». Il en est de même avec nos émotions : une joie de vivre affichée par un sourire nous ouvrira beaucoup de portes, nous finirons même par nous dire qu’aujourd’hui « tout nous sourit » presque par magie!



-  Un cadeau : vos émotions

Emotivez-vous et vivez vos émotions, comprenez le message qu’elles vous délivrent. À vous d’agir et d’en jouir !

 

Sources : http://www.soleil-levant.org/presse/article.php3?id_article=656

18:32 Écrit par Rachel Colas dans *LIVRE VIVRE SES EMOTIONS*, *PRESSE ET LIBRAIRIES* | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

21 mars 2011

Faux-Semblant - Épisode n°16 : La lettre

FS je t'aime.jpg« Ma Tendre Aimée,
Je sais : je suis un grand idiot et je me rends compte combien je t’aime. Tu es si distante ! Je veux revoir sur tes lèvres ton si beau sourire qui me fait chavirer le cœur ! Veux-tu ce soir découvrir en ma compagnie ce magnifique restaurant au coin de l’Avenue ? Je te promets une soirée inoubliable,
Je t’aime, Jacques »

 

17:52 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE, Faux-Semblants | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

14 mars 2011

Faux-Semblant - Épisode n°15 : Des jours...

FS lettre.jpgChaque jour était un jour de gagné pour le Reflet : il ressentait. Des émotions. Il apprenait. Lentement. Au compte-gouttes malgré son envie de devenir l’Autre, son origine, son brouillon...


Il déchanta pourtant un jour. C’était un mardi matin. L’équipe était au grand complet. Sur son passage, il avait entendu des murmures, quelques rires et avait vu des mines réjouies. Il ne savait pas comment réagir. Il avait donc réagi comme à son habitude de reflet. Transparent. C’est en rentrant dans son bureau, qu’il avait trouvé une corbeille de fruits et une carte posée en évidence. Il la lut...

17:35 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE, Faux-Semblants | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

07 mars 2011

Faux-Semblant - Épisode n°14 : L'habitude des choses

FS habitude.jpgÀ force d’imaginer des choses, on finit par y croire...

Quant à vouloir quelque chose à tout prix, parfois, cela le crée dans notre esprit. Que ce soit vrai un jour ou jamais.

 

Voir quelque chose tous les jours, le rend invisible à nos yeux et nous fait croire que ce quelque chose est toujours à portée de main…

 
C’était cette particularité de l’être humain qu’avait choisi le Reflet pour créer de toute pièce son subterfuge. Elle voulait un reflet, elle l’avait ! Parce qu’elle y croyait et qu'elle avait trop peur de le perdre à jamais.

Le miroir aux alouettes n’avait jamais eu autant de sens qu’en ce jour ! Simple comme bonjour !

 

 

18:41 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE, Faux-Semblants | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |