08 décembre 2010

Faux-semblant - Episode n°1 : La découverte

01112010412.jpgJe vous présente une nouvelle inédite en 25 épisodes – un par semaine – intitulée « Faux-semblant » dans laquelle vous retrouverez l’héroïne Adèle.
Bonne lecture,


C’était un jour pas très différent des autres. Légèrement gris. Curieusement sans vent. Ou si peu. Néanmoins, Adèle resserra son lourd gilet gris et s’entoura de ses bras, juste pour avoir une sensation de chaleur.

Évidemment, elle aurait pu rester chez elle. Tranquille. À boire du cacao chaud et même y tremper quelques spéculoos. Oui, tentant... À préparer et déguster dès qu’elle serait rentrée. Du coup, rien qu'à cette idée, une impression de chaleur l’envahit comme si elle se délectait d’avance de ce petit plaisir tout simple. Cela la remotiva. À chercher. Elle ne savait pas trop bien quoi : une mousse au pied d’un arbre ? Un morceau de bois tortueux ? Des jolies feuilles pour ses peintures ? Et pourquoi pas un elfe des bois ? se demanda-t-elle en souriant de sa propre imagination.


Tout en scrutant par ci, par là, elle sortit du petit chemin des bois qu’elle avait l’habitude d’emprunter. Plongées dans ses pensées, elle pénétrait de plus en plus dans le bois tant et si bien que ses pas la menèrent devant un drôle d'endroit, quelque peu anachronique. Cela lui rappela un de ses rêves. Celui des portes. Bien que celle-ci soit tout à fait différente des portes de son rêve, elle en était toute aussi étrange. Comme si elle était « hors contexte ». À moins que ce ne soit elle ? Et si en réalité, elle n’était pas présente ici, dans cet endroit ? Rêvait-elle ?


Elle se rapprocha. Un mur en pierre encadrait la porte de métal. Elle brillait comme si elle était ensoleillée alors que le ciel était dans les nuances de gris. De plus en plus d’ailleurs...
Quelques pas encore, et elle pourrait toucher cette porte si intrigante dans ce lieu ignoré. Ignoré d’elle en tout cas. Elle entendit un léger bruit qui la fit sursauter. Elle en lâcha les quelques feuilles de fougère qu’elle avait ramassées. Elle se gourmanda : ce n’était qu’un gros oiseau, une corneille peut-être ? Quelle idiote ! Pourquoi être effrayée puisqu’elle était seule ? Seule…


Seule. Oui. C’était assez dérangeant. D’être seule. Enfin, elle n’était pas si seule puisque sa curiosité lui teniat compagnie... D’un mouvement automatique, elle consulta sa montre : il n’était pas si tard... Alors, elle fit LE pas. Et toucha.


C’était froid. Lisse. Et soudain, cela se passa. La porte s’ouvrit doucement, sans un grincement. Sans réfléchir, elle s’avança…

17:15 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE, Faux-Semblants | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.