28 mai 2009

Les états d'âme d'Adèle : Accident de chemin

Hier. 17h30’. Route nationale vers Gembloux. Musique dans l’auto. Pas de chauffage. Quelques nuages. Pas trop de trafic. Tout va bien. Une chose à ne pas manquer : un fleuriste. Ne pas oublier les fleurs. C'est important les fleurs ! Oui, pour moi, une invitation à souper et pas de fleurs ne fait pas bon ménage ! C’est ainsi et cela me plaît de le croire.

 

18h. Soudain. Exclamation du conducteur. Freinage. Cette voiture noire devant qui stoppe brutalement. Et cette voiture rouge contre cette voiture bleue ! Chacune part de son côté. Tourbillon bleu et rouge. Fumée. Et soudain plus d'éclairage en bord de route. Poteau. Grand. Gris. Trop Gros. Fort. Une masse !

Jeu d’échiquier. Qui va rester ? Qui va partir ?

 

La voiture noire devant nous est arrêtée. En plein milieu du jeu de quille. Plus de conscience de rien. Accident. Le temps est suspendu : où sommes-nous ? Quelle nationale ?  À quel kilomètre ? 

Tout s’embrouille : c’est si important ! Oui, c’est le 112 qu’il faut appeler. Doigts tremblants. Refaire le numéro. Parler d’une voix posée. Et dire… Blessés ou pas blessés ?

Rien de grave. Epaule abîmée. Choc. Et pourtant la voiture bleue : comment se fait-il qu’elle se trouve DEVANT le poteau ? Comment cela est-ce possible ? Devant l’auto, un fossé de verdure de trois mètres. Oui, il a de la chance : épaule déboîtée, vie sauve.

 

Je suis arrivée. Sans fleur mais des vies sauves. Je ne compte plus en minutes… Qu’importe cinq minutes de retard… À quelques secondes près… Oui. À quelques secondes près…

 

horloge
 

 

 

21:35 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voiture, accident, cinq minutes de retard | | |  Facebook | | | | Pin it! |

18 mai 2009

Les états d'âme d'Adèle : regard partagé

Regard partagé

 

 

Un arrêt dans le temps. C’était déjà ça. À première vue. Mais des arrêts ainsi, non décidemment, ce n’était pas ce qu’il y avait de meilleur. Adèle sortait de l’hôpital. Elle avait rendu visite à sa sœur. Malgré la réussite de l’opération, les nouvelles n’étaient pas très bonnes…

 

Elle se rappelait encore son regard et la couleur de ses yeux oscillant entre brun et vert. Assez indéfinissable. Avec une pépite dorée dans un des yeux. À côté de l’iris. Elle avait un regard magnifique. Sauf qu’au bout d’un moment, elle n’avait plus rien vu : les siens dans les tons de vert s’étaient noyés. Et la porte de l’ascenseur pour le bloc opératoire s’était refermée doucement…

 

Elle était triste : pourquoi fallait-il découvrir l’amour dans des instants où l’on risquait de perdre l’autre ? Pourtant, il lui semblait avoir fait de son mieux. Au meilleur moment. Et maintenant ? Ce moment précieux ? Allait-il changer quelque chose dans leur relation ?

 

Et puis, elle se dit : si même des choses difficiles devaient être vécues, elle aurait toujours en mémoire ce moment privilégié qui lui dirait que oui, entre elles, il y avait de l’amour. Cela, elle ne l’oublierait pas quand bien même des reproches, des querelles. C’était ainsi, elles ne partageaient pas la même vision de vie mais en dépit de tout, l’amour était là… Et le reste n’avait que peu d’importance. En ce moment.

 

 

16:15 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : regard, amour, yeux, hopital, partage | | |  Facebook | | | | Pin it! |

15 mai 2009

Interview Sud France Radio sur "Vivre ses émotions"

Interview avec mon co-auteur P. Merlevede sur Sud Radio France.
Nous y parlons de notre livre : "Vivre les émotions ou l'intelligence émotionnelle pour tous". Editions du Dauphin (Paris)
 
 
Pour écouter, cliquez : ICI (Mp3) ou ICI (lien vers podcast radio)
 
 
Bonne écoute,
 
 
Podcast, émission Sud Info Midi Le mag, Journée du lundi 11 mai
 
 
 
 
 

09:46 Écrit par Rachel Colas dans *LIVRE VIVRE SES EMOTIONS*, *PRESSE ET LIBRAIRIES* | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emotion, interview, vivre ses emotions, livre | | |  Facebook | | | | Pin it! |

09 mai 2009

Y'a pas d'raison... - Texte à mettre en musique

 
 

 

 

 

Chanson pour un cœur gros
Y'a pas d'raison 
  
Dans l’fond, moi, j’vous l’dis
Y’a pas d’raison
D’vouloir changer la vie
 
Même si l’on donne une dernière chance
Y’a pas d’raison
Que l’autre change
 
Oui, moi, j’vous l’dis
Y’a, heureusement, les amis
Les vrais. Les conquis
Ceux qui sont ici
Au bon moment comme pendant les instants maudits
C’est à ça que l’on sait : qu’ils sont des amis
 
Et puis, y’a ceux que l’on aime.
Malgré tout. Malgré eux.
Oui, mon cœur blessé en deux.
Et même plus. Surtout plus. Trop. Pas d'veine.
 
C’est comme ça.
J’y peux rien. Eux non plus.
J’ai rien choisi. Eux non plus
C’est comme ça.
 
Y’a pas d’raison de pleurer
Autant s’adapter
Histoire de ne pas (trop) pleurer.
 
Ouais. Y’a pas d’raison
 
© Rachel Colas
 
 
 triste
Dédié à Evelyne H.

09:45 Écrit par Rachel Colas dans *TEXTES A METTRE EN MUSIQUE* | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : y a pas d raison, chanson, texte | | |  Facebook | | | | Pin it! |

07 mai 2009

Les états d'âmes d'Adèle - Musique

Parce qu’elle est comme ça, parce qu’elle ne peut se taire ou arrêter de penser, Adèle nous livre ses ressentis, ses humeurs, les choses qu’elle n’oserait dire à personne, et même d’autres qu’elle n’oserait s’avouer à elle-même ! C’est dire !
 
Elle nous autorise à devenir le miroir de son âme. Nous serons son reflet. Tantôt lumineux tantôt ombrageux. Elle vit, ne nous voit pas, ne nous sent pas…
 
Elle nous a déjà oublié. Elle vit. Et plus rien d’autre ne compte…
 

 

LES ÉTATS D’ÂME D'ADÈLE

 

Musique

 

 

Plus fort ! Encore plus fort ! Adèle augmentait le son encore et encore. Presque à en vouloir faire éclater ses oreilles. De remplir celles-ci de sons, lui laissant croire qu’elle allait les vider d’autres choses… Un peu de musique devrait la soulager. Ses idées partaient dans tous les sens. Sans plus savoir si elles étaient tristes, gaies, déprimantes ou chantantes… 

 

À être submergé de musique, son corps commençait à se balancer en rythme. Du coup, il semblait que tout allait mieux. Il lui semblait qu’elle pouvait encore vivre. Elle pouvait se dandiner. Et même, chanter. Le reste importait peu. Elle décida qu’il en serait ainsi. Oublier et profiter de cet instant de répit. Après, elle aviserait…

 

 

 
 
musique adele
 

19:35 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique, adele | | |  Facebook | | | | Pin it! |

06 mai 2009

Peindre la vie en rose : c'est bien. Faut-il encore trouver de la peinture que ne s'écaille pas...

« Peindre la vie en rose : c’est bien. Faut-il encore trouver de la peinture qui ne s’écaille pas. » Voilà la réflexion qu’elle s’était dite en coupant la conversation et en reposant le combiné sur son socle.

Les choses ne changeaient donc jamais ?

 

Un jour, il y a quelques mois, presque une année à vrai dire, elle avait pris son courage à deux mains. Faisant fi de ses torts, de ses rancoeurs, elle avait renoué. Avec sa sœur.

Après dix ans d’absence, les deux sœurs s’étaient retrouvées, presque par hasard. Elle, Juliette, la cadette, avait appris l’opération importante que sa sœur avait subi : un bras en moins. Cela changeait une vie. Elle l’avait appris par une indiscrétion. Pourtant, aujourd’hui, après avoir raccroché, elle se demandait si réellement c’était une bonne chose de s’être rabibochées…

 

Les retrouvailles avaient été houleuses au début pour que finalement elles se retrouvent dans les bras l’une de l’autre. Prévisible. « Tout était bien qui finissait bien » comme disait la chanson. Sauf qu’elle ne disposait pas de la partition. Grossière erreur !

 

Les choses avaient changé. Dans les premiers temps. Chacune ayant décidé de mettre un voile sur le passé. Sage décision. Une trêve. Courte. De quelques mois seulement. C’était déjà ça. Elle aurait dû s’en douter. Elle aurait dû savoir. Mais, non, elle avait fait à nouveau confiance. Elle avait foncé tête baissée. En plein de dedans ! Et, voilà : retour en arrière. Mauvais film. « Chassez le naturel, il revient au galop » Tant des proverbes et de phrases toutes faites lui revenaient en mémoire. Sa préférée aussi : « Pour vivre heureux, vivons cachés » ou encore « les amis, on les choisit. La famille, on la subit ».

 

Vraiment, elle se disait : rien n’avait changé. Elle voulait vivre le présent et le futur. Sa sœur la tirait dans le passé, à ressasser encore et encore les mêmes choses. Et hélas, pas des plus agréables !

 

Sa frustration s’arrêta. D’un coup. Lorsqu’elle décida, que non décidemment non, elle n’avait plus envie de jouer au jeu de la victime et du persécuteur. Il fallait être deux à ce jeu-là et c’était décidé, elle rangeait le jeu à la seule place qui en vaille la peine : en dehors de sa vie. Elle repensa à sa maxime vraiment, vraiment favorite : « Le soleil se cache toujours derrière les nuages » : à elle de souffler dessus et basta…

Et, elle décida que sa vie, oui, sa vie serait peinte en rose tout à son envie d’aller de l’avant, de faire front à ce qui la tirait en arrière. Oui, une peinture faite maison, purement bio, artisanale, de bonne qualité quoi…Sa peinture, unique et terriblement résistante aux orages de la vie…

 

coeur en rose

 

22:59 Écrit par Rachel Colas dans *MES FANTAISIES* | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vie en rose, peindre | | |  Facebook | | | | Pin it! |