28 mai 2009

Les états d'âme d'Adèle : Accident de chemin

Hier. 17h30’. Route nationale vers Gembloux. Musique dans l’auto. Pas de chauffage. Quelques nuages. Pas trop de trafic. Tout va bien. Une chose à ne pas manquer : un fleuriste. Ne pas oublier les fleurs. C'est important les fleurs ! Oui, pour moi, une invitation à souper et pas de fleurs ne fait pas bon ménage ! C’est ainsi et cela me plaît de le croire.

 

18h. Soudain. Exclamation du conducteur. Freinage. Cette voiture noire devant qui stoppe brutalement. Et cette voiture rouge contre cette voiture bleue ! Chacune part de son côté. Tourbillon bleu et rouge. Fumée. Et soudain plus d'éclairage en bord de route. Poteau. Grand. Gris. Trop Gros. Fort. Une masse !

Jeu d’échiquier. Qui va rester ? Qui va partir ?

 

La voiture noire devant nous est arrêtée. En plein milieu du jeu de quille. Plus de conscience de rien. Accident. Le temps est suspendu : où sommes-nous ? Quelle nationale ?  À quel kilomètre ? 

Tout s’embrouille : c’est si important ! Oui, c’est le 112 qu’il faut appeler. Doigts tremblants. Refaire le numéro. Parler d’une voix posée. Et dire… Blessés ou pas blessés ?

Rien de grave. Epaule abîmée. Choc. Et pourtant la voiture bleue : comment se fait-il qu’elle se trouve DEVANT le poteau ? Comment cela est-ce possible ? Devant l’auto, un fossé de verdure de trois mètres. Oui, il a de la chance : épaule déboîtée, vie sauve.

 

Je suis arrivée. Sans fleur mais des vies sauves. Je ne compte plus en minutes… Qu’importe cinq minutes de retard… À quelques secondes près… Oui. À quelques secondes près…

 

horloge
 

 

 

21:35 Écrit par Rachel Colas dans + LES ETATS D'AME D'ADELE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voiture, accident, cinq minutes de retard | | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.